Pourquoi reprendre la raison Voltérienne

100 ans, un homme est décédé. Il est mort immortel. Il partit chargé de nombreuses années, chargé de spectacles, rempli des plus illustres et des plus soucieux des devoirs, la responsabilité dans la conscience de l’homme instruit et rectifié. Il a voyagé maudit et doté, maudit par le passé, privilégié avec le potentiel; et ce sont les deux types de gloire exceptionnels. Sur le matelas en train de mourir, il ressentit, d’un côté, les éloges des contemporains et de la postérité; de l’autre, ce triomphe du sifflement et de la haine que l’implacable précédent accorde aux personnes qui l’ont combattu. Il était plus grand qu’un gars. il était une époque. Il a expérimenté une fonctionnalité et atteint un objectif. Il a de toute évidence été choisi pour le travail qu’il a expérimenté dans le cadre de la Volonté Supérieure, qui se manifeste aussi visiblement dans les lois du destin que dans les règlements de Mère Nature. Les quatre-vingt-quatre années de résidence de cette personne marquent la période entre votre monarchie à son apogée et aussi l’innovation à son aube. Quand il entra dans ce monde, Louis XIV régna néanmoins; à sa mort, Louis XVI portait actuellement la couronne; de sorte que son berceau a découvert les derniers rayons du trône fantastique, avec son cercueil fantastique les premières lueurs de votre abysse fantastique. Avant d’aller plus loin, laissez-nous visiter une compréhension préliminaire après la phrase abyss. Vous trouverez de bons abysses: ce sont les abîmes par lesquels les méchants sont engloutis. Depuis que je me suis dérangé personnellement, permettez-moi de comprendre ma pensée. Aucune expression imprudente ou malsaine ne sera évidente ici. Nous sommes dans cet article pour mener à bien une action de civilisation. Nous avons été sur cette page pour affirmer le développement, pour aider les philosophes aux bénéfices du point de vue, pour créer pour le XVIIIe siècle le témoignage du XIXe siècle, pour la reconnaissance des combattants magnanimes et des grands serviteurs, pour féliciter le dur labeur respectable de les gens, le marché, la technologie, la vaillante marche en avant, le travail à la concorde humaine concrète; en une phrase, glorifier la sérénité, ce subtil besoin général. La paix sera la vertu de la société. la guerre est son activité criminelle. Nous sommes dans cet article, en ce moment particulier, en cette heure solennelle, pour nous incliner avec précaution devant les règles éthiques, et pour dire au monde, qui entend la France, ceci: Il n’y a qu’une énergie, une conscience à l’intérieur du support de la justice; il y a simplement une beauté, un sorcier au sein de la vérité réelle. Malgré cela, je continue. Avant la tendance émergente, la structure interpersonnelle était la suivante. Dans la base, des individus; Plus haut que le peuple, la religion décrite à travers le clergé; À travers le domaine de la religion, la justice affichée par la magistrature. Et, à cette durée de la communauté d’êtres humains, quel était le peuple? C’était de l’ignorance. Ce qui était la foi? C’était l’intolérance. Et ce qui était des droits appropriés? C’était une injustice. Est-ce que je vais trop loin dans mes mots et phrases? Juge.

Gaza: quelle vie

En 2012, l’U. N. a publié un rapport alarmant sur l’avenir de la bande de Gaza, d’alerte qu’en 2020, sans une résolution corrective urgente, le territoire ne serait plus un «lieu de vie». Le record supplémentaire: «  Il n’y aura probablement pratiquement aucun accès fiable à des causes de H2O sans risque, les normes de soins de santé et de scolarité auraient pu continuer à baisser, ainsi que la vision d’une alimentation électrique peu coûteuse et fiable pour beaucoup aura été un souvenir à distance pour la plupart ». Ces sérieuses prévisions de grincements d’installations incapables de répondre aux besoins de deux millions de Gazaouis ont déjà été malheureusement réalisées. Selon Save your kids, 90% de l’eau à boire à Gaza est impropre à la consommation humaine, l’énergie électrique peut être obtenue pour seulement 2 à 4 heures par jour, les maladies d’origine hydrique augmentent, l’assurance maladie et les services professionnels d’urgence se cassent duvet et des repas frais ne sont pas disponibles en raison d’une réfrigération insuffisante. Avec plus de 108 millions de litres d’eaux usées sans traitement rejetées quotidiennement dans l’eau méditerranéenne, plus de 60% de l’eau est infectée ainsi que l’eau du sol de plus en plus compromise par des toxines. Gaza est vraiment devenue un endroit invivable et pourtant, deux millions de Gazaouis doivent résider dans ce qui est notoirement décrit comme la plus grande prison à ciel ouvert du monde. Blocus de Gaza La principale raison de cette atmosphère «invivable» est en fait un blocus israélien très restrictif, maintenant dans sa 13e année civile, qui a réduit Gaza au point de «l’effondrement systémique». Améliorée de manière apparente sur la base d’un protocole d’alarme de sécurité à la suite de l’élection d’un gouvernement fédéral du Hamas aux élections palestiniennes de 2006, Amnesty Worldwide estime que les Palestiniens de Gaza sont «punis collectivement». Ce qui différencie la crise humanitaire à Gaza des catastrophes et des situations d’urgence qui poussent généralement les communautés civiles du côté de la catastrophe, c’est qu’elle ne sera pas causée par un ouragan, une inondation, un tsunami, une sécheresse ou une famine, mais un plan créé par des individus et totalement évitable. Bien qu’il ait retiré ses colons et ses troupes de Gaza en 2005, Israël continue d’être la puissance occupante à l’intérieur du territoire car il réglemente l’espace aérien, les océans territoriaux et toutes sortes de passages frontaliers, sauf un. Selon Amnesty, cela signifie qu’Israël «est responsable du bien-être des occupants de la bande en vertu du droit international humanitaire». Le blocus s’est étouffé de l’économie de Gaza, expliquée par l’ONU comme «fondamentalement non viable», a restreint le commerce des services et des marchandises. Le taux de chômage est le plus élevé au monde avec 52%, mais il atteint environ 70% pour les jeunes et 75% pour les femmes. Près de 75% de la population de Gaza sont des réfugiés enregistrés, dont 900 000 reçoivent une aide alimentaire d’urgence de l’ONU et 500 000 restent «en dessous du seuil de pauvreté abjecte». Cependant, les effets du blocus ont été exacerbés et aggravés par d’autres éléments non prévisibles dans le record de 2012. En octobre 2014, Rafah Traversing, géré par l’Égypte, au sud de Gaza, a été scellé avec succès par le nouveau dirigeant militaire, le chef Abdel Fatah el-Sisi, qui a également coupé la bouée de sauvetage économique des tunnels de contrebande entre Gaza et l’Égypte. Fonctionnement du «bord protecteur» Également en 2014, Israël a lancé l’opération «Bord protecteur» à Gaza, sa troisième procédure de services militaires sur le territoire étant donné que 2007, qui a fait 2 251 morts palestiniens, dont 1 462 civils et 551 enfants; 6 civils israéliens et 63 soldats ont été détruits lors de l’affrontement. Les infrastructures civiles de Gaza ont été considérablement réduites, 18 000 appareils immobiliers ayant été détruits ou détruits, ainsi que de nombreux centres médicaux, centres de traitement et collèges. Cette procédure a contribué à de graves problèmes de santé psychologique à Gaza, l’ONU révélant en 2019 que le traumatisme atteignait des «proportions épidémiques». Immédiatement après «Bord de protection», le responsable de l’UNICEF, Pernilla Ironside, a déclaré que 370 000 jeunes Palestiniens ont besoin de «premiers soins psychosociaux immédiats». Elle a ajouté qu ‘«il n’y a pas une seule famille à Gaza qui n’ait pas personnellement qualifié la mort, les blessures, la perte de sa maison, de graves problèmes, le déplacement». Les conditions de santé mentale ont été mises à rude épreuve par un système de formation actuellement confus à Gaza dans lequel 90% des collèges effectuent une double rotation, ce qui signifie qu’ils abritent deux communautés scolaires distinctes à l’intérieur de la même création chaque jour. La lenteur de la construction opère à Gaza en raison du blocus et de l’augmentation rapide de la population d’élèves signifie que Gaza exige au moins deux fois sa variété actuelle de bâtiments scolaires. La crise économique à Gaza s’est aggravée en 2018 avec toute la décision de la direction de Trump de retirer sa participation de 300 millions de dollars (228 millions de livres sterling) à la fourchette de prix de fonctionnement de l’Organisation de secours et d’exploitation des Nations Unies (UNRWA); l’organisation des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens. Le soutien américain représentait 1/3 du budget annuel de l’UNRWA de 1,2 milliard de dollars. Cette réduction a déjà contraint l’UNRWA à suspendre 250 travaux à l’intérieur de l’institution bancaire du côté occidental et à Gaza et, signifie une «menace existentielle» pour la voie à suivre pour l’entreprise. Pour la majorité des réfugiés palestiniens à Gaza, la réduction humanitaire de l’UNRWA est tout ce qui les sépare du dénuement total, de sorte que toute réduction des solutions humanitaires et de secours de première ligne pourrait avoir un impact grave sur les niveaux de pauvreté sur le territoire. Le commissaire-commun de l’UNRWA a affirmé qu’en 2019, il « faisait face de loin au déficit économique le plus important de l’histoire de l’agence ».

Regards sur le Nigeria, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie

La population de l’Afrique subsaharienne, qui dépasse actuellement 1 milliard d’habitants, devrait plus que doubler d’ici 2050. Pour profiter des avantages de ce «gonflement des jeunes», le bassin de main-d’œuvre doit avoir accès à des emplois. La performance économique du continent, en termes de croissance du PIB par habitant, est inférieure de moitié à celle de l’Asie du Sud, tandis que l’Afrique a plus du double du taux de chômage. Le chômage de masse peut entraîner une instabilité politique et maintenir les assiettes fiscales des pays à un niveau bas, ce qui rend les investissements dans l’amélioration du climat des affaires plus difficiles. Conformément aux Objectifs de développement durable des Nations Unies, en particulier à l’Objectif 8 concernant les objectifs de croissance de l’emploi formel et d’une productivité plus élevée, les quatre pays étudiés dans ce document sont confrontés au défi de créer un environnement propice efficace pour la croissance des entreprises locales et, partant, pour fournir plus et de meilleurs emplois formels.
Il n’y a pas de solution unique pour développer les petites et moyennes entreprises (PME) en Afrique. Les économies politiques des États et sous-régions africains empêchent des généralisations faciles. L’une des principales conclusions est que toute tentative de financement ou de stimulation de la croissance des entreprises doit être façonnée par une compréhension approfondie du contexte national et régional spécifique. Mais il existe un certain nombre de contraintes communes aux entreprises au Nigeria, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie, en particulier un accès limité aux financements de taille moyenne pour les PME, un manque de gestionnaires compétents, une infrastructure médiocre – en particulier l’électricité et les routes – un bassin restreint de travailleurs qualifiés. et la corruption.
Il existe une énorme énergie entrepreneuriale dans chacun des quatre pays étudiés, ainsi qu’un potentiel énorme et un besoin de plus en plus aigu de création d’emplois. Permettre aux entreprises locales d’atteindre l’échelle représente une opportunité importante pour les investisseurs et un élément essentiel de la transformation des économies africaines. Les gouvernements des quatre pays ont reconnu la nécessité d’élargir et de diversifier les entreprises locales et poursuivent leurs investissements dans les infrastructures et l’amélioration de l’environnement des affaires. Mais les contraintes fondamentales restent omniprésentes.
Une infrastructure améliorée fait la différence, mais n’est pas une panacée. Par exemple, l’Ouganda a amélioré son infrastructure de base, mais les affaires n’ont pas encore augmenté en proportion de ces améliorations. Dans les quatre pays, même là où les routes sont bonnes, les barrages routiers et les postes de douane peuvent augmenter considérablement les coûts de transport. L’extension des réseaux électriques a potentiellement un rôle majeur à jouer pour stimuler la productivité et l’expansion des entreprises, et donc dans la création indirecte d’emplois, mais de nombreux citoyens ne peuvent pas se permettre d’accéder à l’approvisionnement disponible.
Les banques et les prêteurs ont besoin de patience stratégique pour être des catalyseurs de l’expansion des entreprises. La croissance d’une entreprise peut prendre plusieurs années, mais trop de banques fonctionnent selon un modèle d’émission de prêts à court terme et à taux d’intérêt élevé. C’est particulièrement le cas dans le contexte des économies et des populations qui restent fortement tributaires de l’agriculture à petite échelle et d’un grand secteur informel: de nombreuses PME sont considérées comme des propositions risquées par les prêteurs commerciaux. Les banques rivalisent pour l’épargne de masse et semblent vouloir étendre les services bancaires mobiles, mais cela ne correspond pas au dynamisme des prêts aux PME.
L’amélioration de l’éducation et des compétences des travailleurs est vitale. Dans les quatre pays, le manque de main-d’œuvre qualifiée et de gestion est identifié comme un obstacle important à l’extension. Le gonflement des jeunes ne s’accompagne pas d’une augmentation du capital humain qualifié pour les entreprises.
Ces contraintes sont particulièrement aiguës en termes de développement des entreprises agricoles, qui restent le pilier des économies dans les quatre pays. Piégées dans des schémas de production des petits exploitants, isolés par des déficits infrastructurels dans le transport et le stockage, tributaires des intrants naturels et avec de faibles schémas de propriété foncière formelle, les PME travaillant dans la production et la transformation agricoles sont des propositions risquées pour les prêteurs et offrent de faibles rendements aux investisseurs. Les gouvernements ont reconnu l’impératif de développer l’agriculture, notamment pour fournir des emplois de masse à des populations en plein essor, mais d’importants défis restent à relever.
Les politiques et pratiques gouvernementales, ainsi que les politiques de favoritisme, restent des facteurs de dissuasion courants pour la croissance des entreprises et contribuent à maintenir de nombreuses entreprises informelles et à petite échelle. Des ressources telles que le classement annuel des activités de la Banque mondiale par la Banque mondiale sont des indicateurs utiles dans les pays évalués, mais elles reflètent le contenu formel des réglementations plutôt que leur mise en œuvre sur le terrain – et peuvent ainsi masquer les réalités de l’économie politique. Certaines des innovations commerciales les plus créatives ont consisté à travailler autour de l’État plutôt qu’avec lui. Les politiques en faveur des entreprises sont souvent superficielles, tandis que la véritable volonté politique de faire appliquer les réglementations ou de simplifier et de rationaliser la fiscalité est rare.
Il existe des opportunités importantes pour ceux qui ont accès à des capitaux privés, ainsi que pour les entreprises étrangères. Beaucoup fleurissent. Mais même si ces entreprises sont capables de fournir un grand nombre d’emplois, elles courent toujours le risque d’inégalités réelles et perçues, entre les locaux et les expatriés, ou entre celles qui ont accès aux marchés urbains, à l’enseignement supérieur ou aux relations politiques. Il est essentiel d’amener les entreprises à se développer, mais il est également essentiel de garantir que les entrepreneurs locaux de tous les horizons soient compétitifs – en soutenant l’accès et les améliorations dans les chaînes d’approvisionnement locales, par exemple -.

Découvrir l’apprentissage du vin

Voulez-vous du vin ? Envisagez d’utiliser une période aromatisée au vin pour l’échantillonnage et l’évaluation des boissons à base de vin afin d’améliorer leur appréciation. Autrefois totalement le bailliage des producteurs, des viticulteurs, des connaisseurs et des dégustateurs professionnels, le concept de vin aromatisé au niveau du consommateur – bien que généralement beaucoup moins exigeant que celui pratiqué par les experts en vin rouge – a augmenté en raison de l’intérêt croissant pour le vin rouge en tant que boisson. et l’augmentation qui en résulte de la production de vin rouge dans le monde. Les concours de vins classent généralement les vins par rapport à certaines normes – la sélection de raisins (par exemple, Cabernet Sauvignon), la région géographique (par exemple, Marlborough, Nouvelle-Zélande), le style de création (par exemple, le type de fermentation utilisé) ou les attributs créatifs, qui incluent des fonctions telles que complexité, équilibre, subtilité, dynamisme, développement, durée et originalité. La forme la plus objective d’aromatisé est l’analyse descriptive, qui est complétée par le fait de savoir que toute dégustation a un degré de subjectivité dû aux variations de l’expérience du dégustateur et de l’acuité sensorielle. Les dégustations complètes s’en tiennent à une série particulière. Ce qui implique une évaluation visuelle (jugement de la couleur, de la clarté et de l’opacité), suivie d’une odeur profonde (zone nasale dans la fenêtre), puis aromatisée (jugement de la perception initiale, du milieu de bouche et complète). Les dégustateurs experts totalisent généralement le processus en évaluant la haute qualité générale sur la base d’une ventilation standard de facteurs. Plus la saveur est détaillée, plus les attributs individuels sont décrits quant à la façon dont ils changent de personnalité et de force. Que vous en soyez à la phase « vin pour débutants » de votre quête du vin ou que vous souhaitiez simplement lancer un lapin sur un sujet particulier, vous deviendrez un professionnel du vin en un rien de temps ! Même les sommeliers peuvent avoir du mal à trouver systématiquement l’origine régionale ou variétale du vin rouge. De plus, l’identification de vins comparables, échantillonnés à quelques minutes d’intervalle, peut constituer un défi car les distinctions peuvent être subtiles. Ce que la formation et l’expérience produisent est vraiment une banque de souvenirs de fonctions qui caractérisent divers groupes de boissons à base de vin. Même si le coaching et les rencontres améliorent les compétences de jugement, ils modifient également le verdict qualitatif. Par exemple, les dégustateurs qualifiés ont tendance à être essentiels pour des caractéristiques que les consommateurs pourraient ne pas détecter ou auxquelles ils pourraient penser de peu d’importance. Ainsi, un point de vue professionnel peut différer considérablement de celui de la plupart des consommateurs de vin rouge. Donc, lors des dégustations, assurez-vous d’essayer les vins italiens, qui sont parmi les meilleurs. Les indigènes de la péninsule italienne font déjà du vin depuis plus de 4000 ans. Tant les Étrusques que les Romains s’étaient beaucoup intéressés à la fabrication du vin et, au fil des ans, les pratiques et les coutumes italiennes en matière de vinification se sont développées et se sont multipliées. Une fois que les Grecs sont arrivés au VIIIe siècle av. Les Romains croyaient que le vin rouge avait été un élément essentiel de la démocratie et a bien fonctionné pour rendre le vin accessible à tous, des paysans aux aristocrates. La plupart des méthodes utilisées dans la France contemporaine ont été formées à l’époque des Romains. Le vin a augmenté encore plus lorsqu’il est devenu lié au «sang du Christ» dans le sacrement catholique. Comme de nombreux pays d’Europe, la France a connu l’insecte phylloxéra dans les années 1900, cours d’oenologie ce qui a obligé les viticulteurs à se concentrer sur la quantité plutôt que sur la qualité pour compenser leurs pertes. Le résultat final est que dans les années 1900, la France est devenue connue pour ses délicieuses boissons à base de vin de table bon marché. Ce n’est que dans les années 1960 que le calibre du vin rouge italien a été revendiqué avec l’introduction de la Denominazione d’Origine Protetta (DOP) ou appellation de provenance protégée. Aujourd’hui, l’Italie est réputée pour la qualité et la quantité de ses boissons à base de vin. Les boissons au vin de bureau, ou vinos da tavola (VdT), sont largement fabriquées et enivrées dans tout le pays, mais les véritables vins de haute qualité se trouvent dans la Denominazione d’Origine Protetta (DOP). Ce système a été lancé dans les années 1960 et a énormément inspiré la vinification italienne moderne. La Denominazione di Origine Controllata (DOC), ou Appellation d’Origine Gérée, a été la première à être lancée. Ce titre a juste été attribué aux boissons à base de vin qui répondaient à certains critères tels que la couleur du vin, les types de raisins et les niveaux de boissons alcoolisées. Elle garantit également que les vignerons mettent en œuvre des méthodes spécifiques de viticulture, de vinification et d’élevage. De nombreuses boissons à base de vin italiennes contemporaines portant les titres de Chianti, Brunello di Montalcino, vino nobile di Montepulciano, Barolo et Barbaresco sont considérées comme des boissons à base de vin DOC. Au total, 334 vins relèvent du titre de DOC. Après le lancement du DOC, de nombreux vignerons se sont rebellés contre les restrictions qui, selon eux, détruiraient l’avancement du vin italien. En conséquence, les Extrêmement Toscans ont été donnés naissance avec une nouvelle dénomination a été créée.

Comment la Chine est arrivée dans la régie de crise sanitaire

Une réunion mondiale, réalisée à distance, étudiera et discutera les enseignements de la pandémie mondiale. Devant le monde a eu connaissance du nouveau coronavirus, ce qui a stimulé l’inquiétude mondiale. Un ophtalmologiste centré sur Wuhan, Li Wenliang, a remarqué quelque chose d’étrange chez quelques individus. Ils semblaient avoir contracté un virus inconnu qui ressemblait à un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui entravait pratiquement une technologie en Asie. Quelques jours plus tard, après que Li avait adressé un message d’avertissement à plusieurs médecins au sein d’un groupe de gens qui bavardaient, le médecin de 34 ans a été convoqué par la police, qui l’a contraint à signer une lettre avouant  » faire de faux commentaires »qui avaient« perturbé l’ordre interpersonnel ». Li est actuellement sans vie, victime de l’extrême malware – maintenant appelé COVID-19 – à propos duquel il a déclenché le système d’alarme. La mort de Li – combinée à des révélations supplémentaires sur les efforts de la Chine pour faire taire les lanceurs d’alerte COVID-19 – a déclenché l’indignation mondiale, et à juste titre. Si le gouvernement américain s’était plus soucié de protéger la santé publique globale que de contrôler les détails peu flatteurs, il aurait peut-être pu empêcher la propagation du malware. Jusqu’à présent, COVID-19 a contaminé vous-même plus de 74 000 en Extrême-Orient, avec plus de 2 000 morts. Néanmoins, ce n’est pas la première fois que le déni de liberté de conversation est lié à une santé publique ouverte et létale urgente en Extrême-Orient. Lorsque la pandémie de SRAS a commencé en 2002, les organes du gouvernement chinois ont également essayé au début d’y faire face. Heureusement, Hu Shuli – le fondateur et rédacteur en chef de Caijing, un habitué des affaires – a découvert les machinations des officiels assez rapidement. Après avoir appris que des patients de Pékin souffraient de fièvres mystiques, elle a envoyé des correspondants dans des hôpitaux privés pour interviewer des professionnels de la santé. La révélation de Caijing a aidé les dirigeants chinois à comprendre le SRAS en public – la première étape vers la gestion du virus informatique. Continuez à, une fois le SRAS maîtrisé, le virus informatique s’est propagé à plus de 8 000 personnes dans le monde et a anéanti près de 800. Mais la répression du dialogue gratuit en Extrême-Orient a un pedigree de bien-être public encore plus troublant. De plus, il a joué un rôle important en permettant la dévastation causée par Excellent Jump Ahead de Mao Zedong – la meilleure calamité que l’Asie ait connue depuis que le Parti communiste a pris de l’énergie en 1949. En 1958, Mao a décidé que, pour parvenir à une industrialisation rapide, les villageois devraient être regroupés de force dans les communes, où ils pourraient effectuer des travaux commerciaux qui, à d’autres endroits, auraient reposé sur des appareils et des installations de production. Par exemple, des millions de personnes ont été chargées de produire de l’acier dans de petits fours de jardin, généralement en faisant fondre des outils de récolte.

Aviation: la force de la furtivité

La Russie a été le partenaire de défense le plus puissant de l’Inde et les liens solides remontent à l’époque soviétique (URSS). L’Inde et la Russie entretiennent des liens inégalés avec New Delhi en important une gamme d’avions de combat, de chars, de navires de guerre et d’autres équipements de défense de Moscou.
Lorsque l’Inde a ressenti le besoin de développer son premier avion de combat de cinquième génération pour contrer l’arsenal croissant du Pakistan et de la Chine, New Delhi a décidé de s’associer à la Russie pour développer l’un des avions de combat les plus avancés de la planète.
En 2007, à la suite du très réussi projet BrahMos visant à produire le missile de croisière supersonique statoréacteur à moyenne portée entre l’Inde et la Russie, les deux pays ont décidé de se ressaisir avec Hindustan Aeronautics Limited (HAL) en partenariat avec Aerospace Juggernaut Sukhoi, basé à Moscou, pour produire un chasseur de cinquième génération, alors connu sous le nom de PAK-FA T-50.
Cependant, alors que New Delhi avait besoin d’une variante à deux places plus sophistiquée et puissante avec des caractéristiques de furtivité améliorées, des moteurs capables de super croisière et un radar AESA à 360 degrés plus puissant, les deux alliés ont décidé d’opter pour l’avion de chasse de cinquième génération (FGFA), destiné à développer une variante améliorée des avions de combat les plus avancés de Moscou – le Sukhoi-57.
Dans le cadre du programme commun, également connu sous le nom de Perspective Multi-role Fighter (PMF), une promesse de 6 milliards de dollars pour la recherche et le développement a été faite par l’Inde, dont 295 millions de dollars ont été directement transférés en 2010. L’estimation supplémentaire originale pour la production sur plus de 144 de ces chasseurs furtifs, 30 milliards de dollars.
Cependant, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu à la fois par New Delhi et Moscou.
Les deux pays ont décidé d’annuler le FGFA, l’Inde décidant de mettre fin au partenariat après être de plus en plus frustrée et déçue par l’avancement du projet depuis la fin de la Russie ainsi que par les doutes majeurs entourant les capacités du Su-57.
En conséquence, l’Inde a décidé de fabriquer elle-même l’avion de combat de cinquième génération dans le cadre de l’initiative Atmanirbhar Bharat Abhiyan, qui souligne la nécessité pour la nation d’être autonome et de trouver des solutions à l’intérieur de ses frontières nationales. Cependant, la décision de New Delhi aurait des ramifications importantes pour les deux pays.
Dans le cadre de la mission Make in India «pour la promotion d’une Inde autonome», Modi a poursuivi le programme Advanced Medium Combat Aircraft (AMCA), après avoir vu les États-Unis, la Russie et la France aller de l’avant pour développer leurs avions respectifs de nouvelle génération. .
En outre, il y a eu des rapports selon lesquels une décision a été prise au plus haut niveau « afin de ne pas répéter les erreurs » de l’ensemble du programme d’acquisition de jets Sukhoi-30MKI en provenance de Russie, qui a coûté 55717 crores à l’Inde sans aucune aide tangible dans le développement d’avions de combat indigènes. .
Ainsi, malgré la pression russe pour signer le contrat final de R&D pour le FGFA, qui attend depuis longtemps, l’Inde voulait savoir si elle obtiendrait une bonne valeur pour les 25 milliards de dollars estimés qu’elle dépensera pour introduire 127 de ces jets monoplaces.
Par ailleurs, les deux pays avaient signé l’accord intergouvernemental FGFA en 2007, qui a été suivi d’un contrat de conception préliminaire de 295 millions de dollars en 2010 avant que les négociations ne stagnent.
L’Inde a posé deux conditions préalables essentielles pour le projet FGFA, outre l’examen de son rapport coût-efficacité dans son ensemble. Premièrement, il devrait y avoir un transfert de technologie extensif, y compris les codes sources », pour que l’Inde puisse à l’avenir moderniser son chasseur grâce à l’intégration de nouvelles armes.
Deuxièmement, il devrait aider directement le projet indigène FGFA appelé avion de combat moyen avancé (AMCA), dont le travail de conception préliminaire est actuellement en cours, comme le rapportait précédemment TOI.
La Russie a été le partenaire de défense le plus puissant de l’Inde et les liens solides remontent à l’époque soviétique (URSS). L’Inde et la Russie entretiennent des liens inégalés avec New Delhi en important une gamme d’avions de combat, de chars, de navires de guerre et d’autres équipements de défense de Moscou.
Lorsque l’Inde a ressenti le besoin de développer son premier avion de combat de cinquième génération pour contrer l’arsenal croissant du Pakistan et de la Chine, New Delhi a décidé de s’associer à la Russie pour développer l’un des avions de combat les plus avancés de la planète.
En 2007, à la suite du très réussi projet BrahMos visant à produire le missile de croisière supersonique statoréacteur à moyenne portée entre l’Inde et la Russie, les deux pays ont décidé de se ressaisir avec Hindustan Aeronautics Limited (HAL) en partenariat avec Aerospace Juggernaut Sukhoi, basé à Moscou, pour produire un chasseur de cinquième génération, alors connu sous le nom de PAK-FA T-50.
Cependant, alors que New Delhi avait besoin d’une variante à deux places plus sophistiquée et puissante avec des caractéristiques de furtivité améliorées, des moteurs capables de super croisière et un radar AESA à 360 degrés plus puissant, les deux alliés ont décidé d’opter pour l’avion de chasse de cinquième génération (FGFA), destiné à développer une variante améliorée des avions de combat les plus avancés de Moscou – le Sukhoi-57.
Dans le cadre du programme conjoint, également connu sous le nom de Perspective Multi-role Fighter (PMF), une promesse de 6 milliards de dollars pour la recherche et le développement a été faite par l’Inde, dont 295 millions de dollars ont été directement transférés en 2010. L’estimation supplémentaire initiale pour la production sur plus de 144 de ces chasseurs furtifs, tour en avion de chasse 30 milliards de dollars.
Cependant, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu à la fois par New Delhi et Moscou.
Les deux pays ont décidé d’annuler la FGFA, l’Inde décidant de mettre fin au partenariat après être de plus en plus frustrée et déçue par l’avancement du projet depuis la fin de la Russie ainsi que par les doutes majeurs entourant les capacités du Su-57.
En conséquence, l’Inde a décidé de fabriquer elle-même l’avion de combat de cinquième génération dans le cadre de l’initiative Atmanirbhar Bharat Abhiyan qui insiste sur la nécessité pour la nation d’être autonome et de trouver des solutions à l’intérieur de ses frontières nationales. Cependant, la décision de New Delhi aurait des ramifications importantes pour les deux pays.
Dans le cadre de la mission Make in India «pour la promotion d’une Inde autonome», Modi a poursuivi le programme Advanced Medium Combat Aircraft (AMCA), après avoir vu les États-Unis, la Russie et la France développer leurs avions respectifs de nouvelle génération. .
En outre, il y a eu des rapports selon lesquels une décision a été prise au plus haut niveau « afin de ne pas répéter les erreurs » de l’ensemble du programme d’acquisition de jets Sukhoi-30MKI en provenance de Russie, qui a coûté 55717 crores à l’Inde sans aucune aide tangible dans le développement d’avions de combat indigènes. .
Ainsi, malgré la pression russe pour signer le contrat final de R&D pour le FGFA, qui attend depuis longtemps, l’Inde voulait savoir si elle obtiendrait une bonne valeur pour les 25 milliards de dollars estimés qu’elle dépensera pour introduire 127 de ces jets monoplaces.
Par ailleurs, les deux pays avaient signé l’accord intergouvernemental FGFA en 2007, qui a été suivi d’un contrat de conception préliminaire de 295 millions de dollars en 2010 avant que les négociations ne stagnent.
De plus, l’Inde était également insatisfaite de l’absence de moteur modulaire de l’avion de combat, ce qui faisait craindre que les turboréacteurs devraient plutôt être expédiés en Russie pour maintenance que dans les frontières du pays.

Les bonnes pratiques de promotion

L’emploi et l’équité s’accompagneront de la croissance économique. La croissance viendra avec une amélioration de la confiance des entreprises et des investisseurs, qui à son tour viendra une fois que la Tunisie pourra réduire ses déficits et contrôler la dette et l’inflation »
La réponse du FMI 1 à un article publié par The Guardian 2 critiquant les exigences d’austérité de l’organisation en Tunisie est une indication claire du cadre théorique et des liens de causalité qui inspirent ses opérations.
Le FMI n’est pas le seul donateur international à promouvoir des politiques de l’offre en Tunisie et dans la région MENA. Les gouvernements nationaux de la région n’ont pratiquement pas modifié leurs programmes économiques, bien que les soulèvements de 2011 aient clairement montré comment le mécontentement social était alimenté par des conditions économiques désastreuses et un chômage de longue durée généralisé.
Cependant, la Facilité élargie de financement (FEP) du FMI, un programme de 4 ans approuvé en mai 2016 de 2,9 milliards de dollars américains, a joué un rôle important dans l’élaboration des politiques macroéconomiques de la Tunisie, qui ont à leur tour contribué à influer sur le pouvoir d’achat des Tunisiens et perspectives. Début janvier 2018 – un mois très mouvementé dans l’histoire de la Tunisie – les gens sont de nouveau descendus dans la rue pour protester contre la loi de finances pour 2018, qui intègre plusieurs recommandations du FMI sur la discipline budgétaire.
Cette loi comprend un certain nombre de mesures fiscales visant à réduire le déficit budgétaire à 4,9 du PIB et à se conformer aux exigences du FEP, destinées à promouvoir la stabilité macroéconomique et à améliorer le climat des affaires pour les investisseurs privés.
Néanmoins, cette loi ne déclenchera guère des taux d’investissement privés soutenus, sans parler de la croissance. Il introduit un ensemble d’augmentations de la fiscalité indirecte (par exemple les taux de TVA, les taxes d’achat sur plusieurs biens de consommation, le coût du carburant et de l’électricité, etc.) et alourdit la charge fiscale pesant sur les entreprises et les employés officiels des secteurs public et privé, avec des problèmes graves et inquiétants. implications sur la justice sociale et la redistribution.
L’importance de faciliter l’initiative privée de manière efficace et transparente par une meilleure gouvernance et des réformes institutionnelles peut sembler un point raisonnable sur lequel tout le monde peut s’entendre. Pourtant, une discussion sérieuse est nécessaire sur le type d’initiative privée à promouvoir et dans quels secteurs.
La Tunisie est toujours coincée dans un modèle économique stagnant consolidé au cours des dernières décennies, caractérisé par une énorme dépendance à l’égard de la demande et des capitaux étrangers, tirée par le tourisme, la fabrication orientée vers l’exportation (consistant principalement en de simples assemblages et / ou activités à faible valeur ajoutée, principalement dans les secteurs du textile, de la mécanique et de l’électronique) et des centres d’appels 3 Ce modèle s’est avéré extrêmement polarisant – à la fois socialement et géographiquement -, car il est traditionnellement basé sur de bas salaires et une structure de production concentrée le long des zones côtières, marginalisant l’arrière-pays et incapables d’évoluer vers un modèle pouvant entraîner des gains de productivité et une croissance à long terme.
Ce n’est pas un hasard si la plupart des gouvernorats où les manifestations ont récemment eu lieu sont parmi les plus pauvres et mal desservis du pays, ainsi que les nombreuses périphéries des plus grandes villes de Tunisie, à partir de la banlieue de Tunis. Le même schéma peut être observé en remontant aux manifestations, sit-in et manifestations de janvier 2016 – critiquant principalement le gouvernement pour le manque de possibilités d’emploi et les perspectives de croissance à long terme – ainsi que pour le soulèvement qui a conduit à Ben Démission et évasion d’Ali en janvier 2011.
Au cours des dernières années, les plus vulnérables ainsi que la classe moyenne ont également souffert de la chute spectaculaire du dinar tunisien (environ -10% entre 2015 et 2016 et -20% entre 2016 et 2017 par rapport à l’euro), une mesure requise dans le cadre du FEP en tant que régime de change plus flexible est considérée comme essentielle pour soutenir le secteur des exportations tunisiennes »4
Il est vrai que la Tunisie est extrêmement dépendante du secteur extérieur: le commerce représentait près de 90% du PIB en 2016. Cependant, sa structure de production ne semble pas permettre de réallocations importantes du commerce à l’avenir. Selon les données les plus récentes de l’Institut tunisien de statistique sur le commerce des marchandises (en prix constants), les exportations se sont contractées de 0,1% entre 2015 et 2016, mais ont rebondi de 4,3% en 2017, tandis que les importations ont augmenté de 2,8% en 2016 et 2,6% en 2016.
La reprise des exportations a été largement tirée par les produits agricoles (+7,1%) et les exportations de carburants (+6,7%), qui avaient respectivement diminué de 21,8% et 13,4% en 2016; le secteur textile a diminué de 0,7% en 2016 et augmenté de 1,1% en 2017, tandis que les exportations de produits mécaniques et électroniques ont augmenté de 8,1 et 5,5% au cours des deux années.
Malgré ces taux de croissance, il reste à comprendre comment ce modèle d’exportation peut se répercuter sur le reste de l’économie et bénéficier à la Tunisie de manière «inclusive», ces activités étant localisées dans des zones très spécifiques, sur la base de bas salaires couplés avec une faible productivité et faisant souvent partie du soi-disant «régime offshore», qui impliquait un certain nombre d’incitations fiscales et d’exceptions pour les entreprises exportatrices.
D’un autre côté, la structure des importations semble montrer une forte dépendance à l’égard des importations en provenance de l’étranger pour une consommation qui ne peut guère être remplacée par des produits nationaux. Par conséquent, la dépréciation du dinar tunisien est très susceptible d’avoir de lourdes répercussions redistributives, appauvrissant la majorité de la population tout en favorisant les entreprises qui ont un potentiel de croissance assez limité et qui ne peuvent permettre des augmentations de salaires importantes ou des taux de création d’emplois soutenus.
Plus de 7 ans après le soulèvement de 2011, les dirigeants politiques tunisiens n’ont pas pu fixer de nouvelle voie pour l’économie et la croissance du pays et les donateurs internationaux n’ont pas aidé à discuter d’un nouveau modèle de développement. Tout en affirmant que le développement du secteur privé et la promotion de l’IED sont leur principal objectif économique ultime, ils ne parviennent pas à élaborer une stratégie adaptée à la taille et aux défis économiques limités de la Tunisie. Le pays est pris en sandwich entre l’Algérie et la Libye, dans l’une des régions du monde les moins intégrées économiquement, qui reste également étroitement liée à des économies européennes beaucoup plus grandes et plus fortes.
Les investisseurs étrangers ne semblent pas particulièrement attirés par la petite économie tunisienne malgré les incitations du système offshore (introduit en 1972 pour faciliter les investissements orientés vers l’exportation), préférant largement d’autres destinations comme le Maroc qui a mis en place une attractivité d’investissement très agressive. politiques au cours des dernières années. La Tunisie est un pays plutôt périphérique du monde capitaliste mondial, dépendant des capitaux étrangers mais uniquement capable de l’attirer principalement grâce à de généreuses incitations fiscales et à une compression des salaires.
Cela est devenu clair en novembre 2016, à la suite du flop de la conférence sur l’investissement Tunisie 2020: Road to Inclusion, Sustainability and Efficiency, qui visait à trouver des investisseurs potentiels pour 141 projets d’une valeur globale de 50-60 milliards d’euros) et n’a collecté que 14 milliards des euros de contributions d’organisations internationales et de donateurs. Comment la discipline macroéconomique va-t-elle encourager l’investissement privé et les IDE en particulier dans une économie aux contraintes très spécifiques?
Les politiques de développement du secteur privé ne favorisent pas nécessairement des investissements privés soutenus si les investisseurs ne trouvent pas une entreprise rentable. La croissance tirée par l’investissement privé ne s’accompagne pas nécessairement de création d’emplois et d’équité, car la redistribution n’est ni un processus automatique ni un processus «naturel». C’est le résultat d’un processus politique. Au contraire, un tel schéma de croissance peut créer des distorsions et des goulots d’étranglement qui peuvent entraver le développement à long terme.

La gouvernance: les entreprises et les Etats

Une conférence mondiale sur la gouvernance continue de se structurer très récemment, pour se concentrer sur les effets de l’idée dans le contrôle quotidien des entreprises et des réclamations. Alors qu’est-ce que la gouvernance ? la gouvernance sont des conceptions de règles ou des pratiques de régulation. L’étude de la gouvernance aborde généralement le pouvoir comme unique ou supérieur au pouvoir centralisé de l’État moderne. Le terme de gouvernance peut être utilisé en particulier pour expliquer les changements dans le type et la partie de l’État poursuivant les réformes de l’industrie publique des années 1980 et 1990. Habituellement, ces réformes auraient conduit à une évolution d’une bureaucratie hiérarchique vers une utilisation plus large des marchés, des quasi-marchés et des réseaux, en particulier dans l’expédition de solutions publiques. Les résultats des réformes ont été intensifiés par des modifications mondiales, telles qu’une augmentation de l’exercice financier transnational ainsi que l’augmentation des institutions locales comme l’Union européenne (UE). Ainsi comprise, la gouvernance exprime une croyance répandue selon laquelle la condition dépend de plus en plus d’autres organisations pour sauvegarder ses intentions, fournir ses directives et créer une conception de règles. Par exemple, la gouvernance peut également être utilisée pour expliquer tout modèle de principe qui survient soit une fois que la condition dépend des autres ou une fois que la condition joue peu ou pas du tout. Par exemple, séminaire Bimanie le mot gouvernance mondiale fait souvent référence au modèle de principe trouvé au niveau mondial dans lequel le U . N. (ONU) est tout simplement trop faible pour ressembler au type d’État qui peut faire respecter sa volonté sur son territoire. De même, le terme gouvernance d’entreprise décrit des modèles de principe au sein des entreprises, c’est-à-dire vers les systèmes, les organisations et les normes par lesquels les entreprises sont dirigées et contrôlées. Ainsi comprise, la gouvernance exprime une compréhension croissante des façons dont des types diffus d’énergie et d’autorité peuvent assurer l’ordre même en l’absence d’activité de l’État. Plus généralement, néanmoins, la gouvernance peut être utilisée pour désigner toutes les conceptions de principe, y compris le type d’État hiérarchique qui est généralement considéré comme ayant existé avant les réformes générales public-industrie des années 1980 et 1990. Cette généralisation de la gouvernance permet aux théoriciens de découvrir des analyses abstraites de la construction des ordres sociaux, de la coordination interpersonnelle ou des pratiques interpersonnelles indépendamment de leur contenu spécifique. Ils pourraient séparer et séparer ce genre d’analyses abstraites de questions particulières sur, par exemple, l’État, le programme mondial ou même l’entreprise. Cependant, cette utilisation de base produit la nécessité d’un terme beaucoup plus particulier, tel que nouvelle gouvernance, pour désigner les modifications de la condition depuis les années 1980. Que l’on se concentre sur la nouvelle gouvernance, les États affaiblis ou les modèles de gouvernement en général, l’idée de gouvernance soulève des problèmes de projet public et de démocratie. L’amélioration de la part d’acteurs célèbres sans condition dans la fourniture de solutions publiques a entraîné un problème d’amélioration de la capacité de la condition à superviser ces autres acteurs célèbres. L’État s’intéresse de plus en plus aux différentes techniques de production et de gestion des systèmes et des relations. Il a mis en place toutes sortes d’arrangements pour auditer et réglementer d’autres organisations. Dans les yeux de nombreux observateurs, il y a eu une explosion de critiques. De plus, la part améliorée d’acteurs célèbres non élus dans l’élaboration des politiques indique un besoin de réfléchir à l’étendue de la responsabilité démocratique et aux systèmes par lesquels elle est imposée. De même, les comptes rendus de restrictions transnationales et mondiales croissantes sur les revendications affirment qu’il est nécessaire de repenser le type d’addition interpersonnelle et de justice sociale. Les organisations politiques, de l’institution financière mondiale à l’UE, utilisent désormais des conditions telles qu’une grande gouvernance pour transmettre leurs aspirations à une planète bien meilleure.

Le ralentissement chinois va tuer l’économie globale

L’un des principaux automobilistes de la flambée des prix des métaux précieux cette année, le premier consommateur de produits au monde, la Chine, montre des signes d’un ralentissement recherché, qui pourrait faire baisser les prix du cuivre et du minerai de métal pour le reste de l’année après une flambée rallye au cours de la première mi-temps. La croissance de l’exercice de l’usine orientale a ralenti jusqu’au plus petit en 15 semaines, les importations de cuivre et de minerai de fer ralentissent également en raison de la flambée des prix et de la baisse de la production d’acier en Chine, tandis que les autorités libèrent les stocks de métaux précieux des réserves pour refroidir les coûts de rallye qui augmentent coûts de production. Chacun de ces facteurs de vos deux semaines précédentes est baissier pour votre demande chinoise – et par conséquent, les importations – de métaux comme le minerai de métal, le cuivre, le zinc et l’aluminium, selon les informations du chroniqueur de Reuters, Clyde Russell. Bien que les analystes déclarent qu’une demande chinoise plus lente n’indique pas nécessairement une réduction des coûts des produits de base, en raison de la petite taille des marchés mondiaux, la Chine pourrait ne pas être un moteur clé de la demande de métaux d’ici la fin de 2021. Cela est dû au ralentissement du développement des usines, selon l’autorité requise chapeaux sur la fabrication de l’acier, et la décharge de beaucoup de métaux précieux des réserves de la Chine. Le Caixin/Markit Production Purchasing Managers’ Directory (PMI) a montré ces quelques jours que la croissance des fabricants orientaux était au plus bas en juillet en 15 mois, également en raison de la hausse des coûts des matières brutes, en particulier pour les métaux précieux industriels. Dans le même temps, les importations chinoises de minerai de fer, le véritable matériau secret pour la production d’acier, sont tombées en juin à leur plus bas niveau en 13 mois, glissant de 0,4 % par rapport à mai et également de 12,1 % par rapport à juin 2020. L’Extrême-Orient a déménagé vers plafonne la création et les exportations de métaux cette année dans le cadre de sa promesse de réduire les polluants. Les autorités chinoises ont mis en place une police d’assurance pour aider à maintenir le niveau de production de métaux aux niveaux de 2020. Après un début de production de métal de 12% au cours des cinquante premiers pour cent de l’année, cette police d’assurance signifie que la fabrication d’acier chinoise diminuera probablement au cours de la seconde moitié de la saison, réduisant également les besoins en minerai de fer, selon les experts. . « La création de coupe est le concept principal de toute l’activité métallurgique pour le reste de l’année, non seulement en raison d’objectifs écologiques, mais aussi du fait que les entreprises ne peuvent pas produire beaucoup d’acier une fois que le prix est si élevé », a déclaré un expert de l’industrie métallurgique au Global Horaires cette semaine. « Les limites des aciéries chinoises pourraient entraîner une baisse de la demande de minerai métallique d’environ 75 millions de tonnes dans la seconde moitié », ont déclaré des experts d’UBS dans un communiqué de juillet publié par Reuters. Les restrictions imposées à la création de métaux en Extrême-Orient ont déjà entraîné une baisse des prix du minerai de fer. Les importations de cuivre de la Chine ont également ralenti récemment, selon les informations douanières. Mais les importations de déchets de cuivre ont augmenté, doublant au premier semestre 2021, selon la société d’intelligence des métaux précieux Roskill. Alors que les producteurs remplacent le cuivre traité plus coûteux par de la ferraille, « Cela entraînerait incontestablement une diminution de l’utilisation raffinée orientale en 2021 – un facteur extrêmement défavorable pour que les prix du cuivre sur la planète puissent surmonter, malgré la reprise évidente recherchée dans le reste de la planète », Roskill dit la semaine dernière. « Attention au cuivre. Un grand mur de ferraille se trouve toujours sur le chemin de la Chine », a déclaré la société de renseignement. Les prix du cuivre peuvent également baisser en raison des ventes orientales de nombreux métaux, y compris le cuivre, à partir des réserves de condition. « Les décideurs chinois se sont engagés à freiner tout gain extrême des coûts des matières premières, ce qui pourrait décourager certains investisseurs monétaires de revenir sur le marché, en particulier compte tenu des incertitudes sur le marché au sens large, car la Fed s’efforce de réduire les achats d’actifs », Wenyu Yao, Senior Citizen Products Strategist chez ING, publié dans une note du 20 juillet. Pour les coûts du cuivre, « [Nous] pourrions finir par dériver un peu aveuglément cet été avant que des dangers de désavantage supplémentaires n’apparaissent à la fin du 3T21 et du 4T », a ajouté Yao. La demande pour la plupart des produits en Chine devrait ralentir dans les 50 % de 2021, a déclaré Wood Mackenzie dans un nouveau document mensuel The Far East Financial Focus la semaine dernière. « Le climat économique de la Chine devrait ralentir au deuxième semestre 2021. Le ralentissement du développement des exportations, la hausse des prix des produits, l’achat d’infrastructures terne et l’expiration des subventions entraîneront tous la croissance du PIB du pays. Par conséquent, nous devons assister à une décélération des besoins en produits en Chine », a déclaré l’économiste principal de Wood Mackenzie, Yanting Zhou.

De l’efficacité du marketing par internet

Le marketing était initialement considéré comme un ensemble d’activités mises en œuvre par une organisation – l’entreprise par exemple – pour reconnaître ou prévoir, puis satisfaire, les besoins et les désirs des consommateurs, à travers la création et l’exécution disponibles sur le marché de services ou de produits dont ces consommateurs valent la peine. percevra (E. Jerome McCarthy et William D. Perreault, 1985 ; Jean-Jacques Lambin, 1986). Selon cette conception, la fonction de l’entreprise est d’évaluer les besoins et de fonder sur cette évaluation à la fois son offre et son cadre opérationnel de procédure. Cette vision de l’entreprise répondant à des besoins en mutation fait l’objet d’une double critique : celle des praticiens, qui soulignent, par exemple, le rôle voyageur des améliorations créées par l’entreprise, celle des experts, qui remettent en cause l’hypothèse d’autonomie des exigences. en ce qui concerne l’offre des organisations. Au lieu de garder la réponse à la demande en tant que caractéristique déterminante du marketing et de la publicité, Shelby D. Search (1991) a identifié le marketing et la publicité comme la recherche scientifique des relations entre l’entreprise et le marché. À ce stade, en se concentrant sur l’échange comme dispositif d’analyse, les théoriciens soulignent le passage du marketing et de la publicité analytiques, principalement axés sur les caractéristiques organisationnelles, seo Lille vers un marketing et une publicité holistiques qui vont au-delà de la structure de l’organisation pour s’intéresser également à la taille sociale des l’échange. Ainsi, le marketing est défini de nos jours comme la fonctionnalité qui doit donner à l’entreprise un avantage agressif durable grâce à une connexion lucrative à long terme avec les clients, grâce à la valeur du produit ou du service offert. Cette orientation met l’accent à la fois sur la nature interactive de la connexion entre l’offre et la demande, ainsi que sur la nature dynamique de l’échange entre l’organisation et le marché. A cet égard, la création d’Internet, ainsi que notamment des réseaux sociaux, a généré la part du consommateur comme agent actif de la relation, notamment par sa capacité à créer et diffuser des informations à grande échelle. L’essor du marketing et de la publicité a conduit à l’émergence – au sein des entreprises – d’une fonction et d’un exercice particuliers : la recherche marketing. Celles-ci réagissent à la nécessité pour l’entreprise de connaître les exigences auxquelles elle entend répondre, c’est-à-dire de se prononcer pour les identifier (quelles sont-elles ?), d’observer leur évolution, voire de les anticiper. être en mesure d’améliorer sa position concurrentielle. De plus, le développement d’Internet a entraîné de profonds bouleversements dans l’option de focalisation. La théorie de la longue traîne clarifie en fait que les ventes sur Internet ont la capacité de fournir une collection vraiment large et extrêmement profonde qui peut ne pas être rentable dans un point de vente physique réel, mais que l’étendue de la couverture du marché fournie par le Web rend possible. La théorie des superstars explique aussi la tendance au développement exponentiel des ventes de produits, rendue possible à partir de la sortie d’un article relayée par les sites de réseaux sociaux. Le prochain domaine du plan marketing concerne l’offre. Sur la base d’une évaluation de l’adéquation de l’offre actuelle aux anticipations des acheteurs, l’organisation décide du poste qu’elle juge souhaitable d’occuper sur le marché ainsi que de l’image qu’elle s’engage à communiquer aux clients potentiels. Nous contactons placement la stratégie qui cherche à occuper un produit ou une marque une place originale dans l’esprit des consommateurs. Le positionnement est considéré comme un choix stratégique majeur pour l’entreprise dans un cadre agressif décrit comme la surabondance de l’offre et les problèmes pour l’entreprise d’accéder au client. En effet, son malin ne portait qu’une attention limitée à la masse d’informations marketing qui lui est destinée. De plus, les commerçants n’acceptent que les articles de leur collection qui, selon eux, ont une meilleure possibilité de commercialisation, et il est peu probable qu’un produit mal placé soit adopté par les magasins.