Du cash pour l’Inde

Malgré la récente baisse des entrées de capitaux vers l’Inde, cette colonne fait valoir qu’une fois que les marchés mondiaux se remettront du dernier revers, le pays devra contenir la volatilité des investissements de portefeuille étrangers. Cette colonne fournit une analyse détaillée des entrées de capitaux en Inde et des recommandations politiques sur la manière de les gérer.
Encore une fois, de nombreuses économies émergentes sont aux prises avec une forte augmentation des entrées nettes de capitaux, en particulier grâce à l’augmentation des investissements de portefeuille étrangers. Et encore une fois, la gestion de ces entrées de capitaux volatiles est de retour à l’agenda politique. Cette fois-ci, la nécessité d’un débat sur les options politiques a gagné en ferveur en raison des changements d’opinion du FMI sur le contrôle des capitaux. Une récente note de position des services du FMI (Ostry 2010) conclut:
« si l’économie fonctionne à un niveau proche du potentiel, si le niveau des réserves est adéquat, si le taux de change n’est pas sous-évalué, et si les flux sont susceptibles d’être transitoires, alors recours aux contrôles des capitaux – en plus de la politique prudentielle et macroéconomique – est justifiée dans le cadre de la boîte à outils pour gérer les entrées.  »
Reconnaissant les problèmes liés à l’augmentation des entrées de capitaux dans les marchés émergents, le Rapport sur la stabilité financière du FMI en avril 2010 a recommandé les options politiques suivantes:
Permettre l’appréciation de la monnaie nationale grâce à une politique de change plus flexible
Accumulation de réserves (en utilisant une intervention stérilisée ou non stérilisée selon le cas)
Réduire les taux d’intérêt si les perspectives d’inflation le permettent
Resserrement de la politique budgétaire lorsque l’orientation générale de la politique macroéconomique est trop lâche
Renforcer la réglementation prudentielle
Libéraliser les sorties de capitaux
Dans cette optique, nos recherches en cours se concentrent sur le développement des flux de capitaux en Inde. Notre objectif principal est de découvrir quels choix politiques aideraient l’Inde à minimiser les coûts des flux de capitaux volatils.
Changements dans l’ampleur et la composition des entrées de capitaux vers l’Inde
Après un pic de 107 milliards de dollars (8,7% du PIB) en 2007 et 2008, les entrées nettes de capitaux ont chuté à 7 milliards de dollars (0,6% du PIB) l’année suivante. Ils ont depuis rebondi à 50 milliards de dollars (3,8% du PIB) pour l’année se terminant en mars 2010. Mais les entrées nettes de capitaux de 2009 à 2010 sont faibles par rapport au déficit massif du compte courant de 36 milliards de dollars (voir tableau 1).

Au cours de la crise de 2008 à 2009, les investisseurs institutionnels étrangers ont retiré 9,77 milliards de dollars d’investissements de portefeuille des marchés boursiers indiens. Pourtant, ils n’ont pas tardé à revenir en 2010. Au cours des quatre premiers mois de l’exercice, ils ont presque rattrapé la sortie, réinvestissant 87% du montant retiré (CLSA Asia-Pacific Markets). Mais bien que cela puisse être interprété comme un regain de confiance dans le marché indien, ce segment des entrées de capitaux, avec les emprunts à court terme en devises des banques indiennes, représente la composante la plus volatile des entrées de capitaux en Inde.
Principaux indicateurs macroéconomiques influençant les choix politiques pour le contrôle des capitaux
Notre examen des indicateurs macroéconomiques appelle à envisager de nouvelles options politiques:
Récemment, il y a eu des signes de pression à la hausse sur la valeur d’échange de la roupie. Pourtant, si la compétitivité des exportations indiennes a été quelque peu poussée, les exportations ne semblent pas avoir été sérieusement affectées par une politique de taux de change flottant. En effet, l’appréciation de la roupie devrait permettre de réduire la facture d’importation d’énergie et de biens intermédiaires.
En mai 2010, les réserves de change de l’Inde s’élevaient à 272,9 milliards de dollars, contre un sommet historique de 315 milliards de dollars deux ans plus tôt. Afin de contenir la dépréciation de la roupie au deuxième semestre 2008, la Reserve Bank of India a vendu des dollars sur le marché libre, réduisant ses réserves de change à 245 milliards de dollars en novembre. Pourtant, avec des réserves à plus de 6 fois le montant de la dette extérieure à court terme (dépassant la règle Guidotti-Greenspan) et une couverture des importations de plus d’un an, l’Inde est confortablement placée sur les deux fronts.
À la fin de septembre 2009, la dette extérieure de l’Inde s’élevait à 242 milliards de dollars, dont 17,5% de dette à court terme et le reste de la dette à long terme. Avec un ratio du service de la dette de 4,9, l’Inde n’a pas un fardeau énorme au service de la dette et un nouvel afflux de flux de capitaux créateurs de dette à court terme n’est pas un sujet de préoccupation.
L’inflation étant assez élevée, il y a eu diverses pressions à la hausse sur les taux d’intérêt. La récente augmentation (dont 25 points de base en avril 2010) du ratio de réserves de liquidités imposé par la Banque de réserve aux banques commerciales annonce une sortie lente de la politique monétaire précédemment accommodante.
Bien que le déficit budgétaire ait augmenté pendant la crise, le gouvernement central a considérablement réduit le déficit au cours de l’exercice en cours.
Recommandations politiques: nécessité d’une polythérapie
En mars 2007, alors que la hausse des entrées de capitaux atteignait un sommet de 107 milliards de dollars (dépassant le déficit du compte courant de 92 milliards de dollars, voir le tableau 1), la Reserve Bank of India a été amenée à imposer des limites aux éléments suivants:
Les sociétés indiennes empruntant plus de 20 millions de dollars au moyen d’emprunts commerciaux externes – un des principaux moteurs de la hausse (juin 2007),
L’utilisation de billets participatifs par des investisseurs institutionnels étrangers (octobre 2007) et
Prêts aux OPC et aux investisseurs institutionnels étrangers (décembre 2007).
L’intention claire à l’époque était de réduire le volume des entrées de capitaux en Inde pour arrêter l’appréciation de la roupie, de modifier la composition des flux de capitaux, d’augmenter la maturité moyenne des entrées de prêts et d’atténuer la volatilité sur la bourse de Mumbai. . Pourtant, avant que l’efficacité des nouveaux contrôles des flux de capitaux vers l’Inde ne puisse être testée, la crise financière mondiale avait frappé les marchés financiers internationaux. Les investisseurs institutionnels étrangers, frappés par l’effondrement du secteur financier, ont commencé à vendre leurs participations dans des sociétés indiennes afin d’assouplir les conditions de liquidité. Cela a renversé la situation. Les flux nets de capitaux vers l’Inde au cours de l’exercice 2008-2009 sont tombés à 7 milliards de dollars.
Pourtant, la soi-disant flambée des entrées de capitaux en 2009 et 2010 dépasse à peine 14 milliards de dollars du déficit courant et n’est pas alarmante. Un examen des options politiques proposées par le FMI pour l’Inde (voir Joseph 2010) a conclu qu’aucune des options politiques n’est un remède pour contrôler les flux de capitaux excessifs. En effet, la situation est désormais plus complexe que lors des épisodes précédents de flambée des entrées de capitaux. Dans cette optique, nous recommandons que l’Inde envisage la combinaison suivante de mesures politiques:
La Reserve Bank of India devrait intervenir sur le marché des changes s’il y a des signes clairs que la roupie est sous-évaluée en termes réels. Le taux de change réel à 6 devises est actuellement supérieur de 15% au niveau de 2004-05 tandis que le taux de change réel à 36 devises est presque égal au niveau de 2004-05.
Si l’intervention est une option inévitable dans un avenir proche, l’augmentation de la liquidité pourrait bien être absorbée, comme auparavant, par des obligations de stérilisation.
Si l’Inde a des réserves de change excédentaires et que le rendement de celles-ci est faible car elles sont entreposées dans des titres d’État à faible taux d’intérêt des pays développés triple-A (Bhagwati 2010), alors:
une partie des réserves de change pourrait être utilisée de manière plus rentable, soit pour financer des projets d’infrastructure en Inde, soit pour prêter aux succursales étrangères de banques indiennes afin de répondre à leurs besoins en devises.
Les devises peuvent être acheminées aux sociétés d’infrastructure indiennes, par le biais d’Inde Infrastructure Finance Company Limited 1, pour financer leurs dépenses d’investissement hors de l’Inde (Economic Survey of India 2009-2010).
Pour réduire la volatilité des flux de capitaux, la réponse politique devrait être de cibler des segments individuels des entrées de capitaux:
Les investisseurs institutionnels étrangers devraient soit être incités à prolonger leur période de détention des investissements sur le marché boursier indien, soit avoir des sanctions (une sorte de taxe sur les transactions progressive, qui est plus élevée pour les périodes de détention plus courtes) pour la vente de leurs actions au cours d’une période de détention particulière.
La structure institutionnelle intérieure pour le financement du commerce devrait être rationalisée, afin que les exportateurs indiens ne soient pas affectés négativement si l’offre extérieure de crédit à court terme se tarit (ou devient plus chère) en temps de crise.
Les dépôts des Indiens non résidents en Inde sont des sources stables d’entrées de capitaux et, par conséquent, il est important d’élaborer de nouvelles politiques pour encourager cette source de capitaux.
Une autre politique devrait être d’encourager les étrangers non indiens à déposer leurs fonds à long terme dans les succursales des banques indiennes à l’étranger par le biais de nouveaux programmes d’incitation. L’Inde a besoin d’un financement énorme pour des projets d’infrastructure et de développement.
Il y a eu une importante sortie de capitaux propres de plus de 2 milliards de dollars dans les mois qui ont précédé mai 2010 et la tragédie grecque », entraînant une légère dépréciation de la roupie. Si l’Europe devait se stabiliser dans un avenir proche, les entrées de capitaux vers l’Inde reprendraient et tout le débat reprendrait. À ce stade, la nécessité de contenir la volatilité des investissements de portefeuille étrangers et d’augmenter la période de détention des investissements sera une décision inévitable.

Créer un business crédible

Au cours de la décennie que j’ai passée à être le meilleur vendeur dans plusieurs entreprises, puis à créer la mienne, j’ai découvert qu’il existe de nombreuses façons de vendre. Il est intéressant de noter que vous pourriez prendre toute une entreprise de vendeurs et leur donner la même formation, les mêmes techniques et les mêmes outils, et il y aurait encore une grande différence dans la façon dont les meilleurs vendeurs se comportaient par rapport à tout le monde. Pourquoi? C’est simple. L’élément le plus important n’est pas une technique ou un outil qu’une de ces formations vous apprendra.

Mon premier mentor commercial m’a dit il y a des années: «Beaucoup de gens peuvent vendre, mais quelqu’un qui travaille dans la« vente professionnelle »trouve un moyen d’aider un client à réussir. … Et tout le reste se met en place.

Un autre mentor m’a dit: «Mon travail n’est pas de faire une vente. Mon travail consiste à faire de mon client une rock star dans son entreprise. En bref, les meilleurs vendeurs cherchent à aider les clients qu’ils ont la chance de servir.

«Dire oui à tout et agir comme si votre produit ou service était parfait est un signe d’insécurité et malhonnêteté. »
Cela semble si simple, mais c’est aussi rare. Pensez à entrer chez un concessionnaire pour acheter une voiture. Deux vendeurs tout aussi compétents vous approchent. L’un d’eux dit: « Hé, je suis Bob, dis-moi ce que nous devons faire pour vous faire monter dans une voiture aujourd’hui! »

L’autre propose simplement: «Salut, je suis Jim. Regarde autour de toi. Si vous avez des questions ou quoi que ce soit pour quoi je peux vous aider, faites-le moi savoir. »

Avec qui voulez-vous passer les deux prochaines heures?

Le fait est que vous, en tant qu’acheteur, pouvez ressentir l’intention de chaque vendeur. Bob veut vendre une voiture. Jim veut vous aider.

Dans toute situation de vente, votre prospect peut également ressentir votre intention. C’est pourquoi trouver le meilleur moyen d’aider son client – même si ce n’est pas son produit ou son service – n’est pas seulement l’objectif d’un bon vendeur, c’est sa sauce secrète.

Alors, comment commencez-vous vraiment à aider vos prospects? Cela commence par le type d’environnement que vous créez pour construire la relation de vente. Vous avez besoin d’un environnement qui comprend trois choses: la communication, la confiance et Fiabilité.

la communication
Ceux d’entre nous qui aiment les ventes sont généralement de grands bavards, mais les meilleurs vendeurs sont mieux à l’écoute.

Faites attention à ce qu’ils disent et accordez encore plus d’attention à ce qu’ils ne disent pas. Observez leurs visages, leur communication non verbale avec les autres, et faites en sorte de poser les questions «idiotes».

Si personne ne pose les questions que vous entendez habituellement, posez-les vous-même. Ceci est particulièrement important s’il y a des questions clés que chaque prospect se pose sur la difficulté du changement, la durée de la mise en œuvre ou ce dont il a besoin pour budgétiser votre produit.

Les questions laissées en suspens peuvent être ce dont ils ont le plus besoin. Celles-ci peuvent faire la différence entre les aider et faire une vente, ou ne pas offrir de valeur et perdre l’entreprise.

Confiance
Si votre prospect ne vous connaît pas, ne vous aime pas et ne vous fait pas confiance, vous ne pouvez pas l’aider et il n’achètera pas chez vous.

Stephen Covey, auteur de The 7 Habits of Highly Effective People, déclare: «Lorsque le compte en fiducie est élevé, la communication est facile, instantanée et efficace.  »

D’après mon expérience, le moyen le plus rapide et le plus simple de gagner la confiance est d’être honnête avec les prospects. J’ai commencé par leur dire ce que je voudrais savoir si j’étais l’acheteur. Je leur ai dit ce que nos concurrents faisaient mieux, où notre produit ou service était le meilleur de sa catégorie, et je partagerais également les choses que nous ne pouvions pas faire.

Dire oui à tout et agir comme si votre produit ou service était parfait est un signe d’insécurité et de malhonnêteté. Les prospects intelligents le savent aussi.

Les vendeurs qui se concentrent sur l’aide sont rares, mais ils sont faciles à trouver. Ce sont les entreprises les plus performantes de toute entreprise qui sont encore plus aimées par leurs clients que par leurs responsables des ventes.
Partager un peu de ce que vous ne pouvez pas faire contribuera grandement à renforcer votre crédibilité.

Fiabilité
Vous n’êtes pas ce que vous dites que vous allez faire. Vous êtes ce que vous faites.

Vous vous démarquerez dans le processus de vente en étant la personne avec laquelle ils interagissent avec qui ils n’ont pas à faire de suivi parce que vous laisse rarement tomber la balle. Au début, vous représentez tout ce qui concerne votre produit et service sans même vous en rendre compte. Si vous êtes fiable et digne de confiance, votre produit l’est aussi.

Si vous arrivez parfois quand vous dites que vous le ferez et parfois non, votre produit et votre entreprise le ressentent ainsi pour votre prospect. Vous êtes leur première impression de ce que ce serait d’utiliser votre service ou d’acheter votre produit. Prenez cette responsabilité au sérieux.

S’il vous arrive de faire une erreur, soyez-en conscient. Partagez l’erreur et les mesures que vous avez prises pour vous assurer qu’elle ne se reproduira plus.

Ces trois choses sont simples. Ils nécessitent peu de talent et un effort raisonnable. Cependant, l’environnement qui les emploie crée pour que vous et votre client réussissiez est extrêmement puissant.

Après avoir passé 20 ans dans plusieurs secteurs à résoudre des problèmes, à stimuler la croissance et à accélérer les entreprises, April Shprintz a réalisé qu’aider les gens était ce qu’elle était, pas seulement ce qu’elle faisait. April a personnellement a généré plus d’un milliard de dollars de revenus supplémentaires pour les entreprises et les clients du Fortune 500. Elle a quitté les entreprises américaines après sa meilleure année à 7 chiffres pour lancer Driven Outcomes afin d’avoir un impact sur autant de personnes, agence SEO Arras d’entreprises et d’organismes de bienfaisance que possible.

Faire de la voltige aérienne

Dès lors que je remets en question ma vie, je me connais assez et je pars en quête d’une expérience pouvant me rebooster. Et le week-end dernier, je me suis pris une claque durant une séance de voltige aérienne à Abbeville. Curieusement, je n’avais jamais tenté l’aventure, et j’ai adoré. J’ai fait pas mal d’activités de toutes sortes, mais une partie de voltige. Et maintenant que j’ai goûté aux joies de cette activité, je me demande pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ! Parce qu’en dépit de l’allure innocente du biplace (un Cap 10 B), ça remue clairement. J’étais même patraque, avec les dernières figures. Je ne suis jamais malade, mais là, j’ai senti mon repas remonter. Bon, je pourrais garder ce détail pour moi, mais ça fait partie des réalités. En tout cas, c’est fabuleux. Les facteurs de charge qui vous scotchent à votre siège durant une boucle est très marquante, au point qu’il faut parfois serrer les dents tellement ça pique. Mais quel joie intense ! La partie acrobatique n’a duré que vingt minutes, mais de retour au sol, j’avais des courbatures partout. Je m’engage solennellement devant vous : la déclaration d’intention clarifie les standards adéquats des bénéficiaires si nul ne sait pourquoi l’immobilisme révèle les besoins qualificatifs de la profession. Cependant, le management programme les programmes participatifs de l’entreprise en ce qui concerne le fait que la norme ISO 9002 programme les concepts adéquats des divisions.
J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que le prochain audit stabilise les paradoxes motivationnels de la pratique sans oublier que la déclaration d’intention renforce les programmes analytiques des synergies. Je vous le dit comme je le pense, l’organisation stabilise les paramètres adéquats de la profession de part le fait que le JAR 147 oblige les programmes croissants de l’actualité. Mais j’étais au nirvana. Je voulais de l’adrénaline, et on peut dire que j’en ai eu mon content ! A tel point que ce baptême de voltige aérienne à Lille entre directement dans mon top des meilleures activités. Vraiment, si vous avez comme moi besoin de sensations fortes pour vous sentir vivre, il faut essayer au moins une fois dans sa vie Si vous voulez en savoir plus, je vous mets le lien vers le site où est proposée cette escapade. Sait-on jamais… :)Retrouvez toutes les infos sur cette activité de vol en avion de voltige à Reims en suivant le lien.

Comment l’inégalité érode notre santé mentale

Lorsqu’on demande aux gens ce qui compte le plus pour leur bonheur et leur bien-être, ils ont tendance à parler de l’importance de leurs relations avec la famille, les amis et les collègues. C’est leur monde intime, leurs réseaux personnels qui comptent le plus pour eux, plutôt que les biens matériels, les revenus ou la richesse.
La plupart des gens ne pensent probablement pas que les problèmes structurels plus larges liés à la politique et à l’économie ont quelque chose à voir avec leur santé émotionnelle et leur bien-être, mais ils le font. Nous savons depuis longtemps que les inégalités provoquent un large éventail de problèmes de santé et sociaux, y compris tout, de la réduction de l’espérance de vie et de la mortalité infantile à un faible niveau de scolarité, une mobilité sociale plus faible et des niveaux de violence accrus. Les différences dans ces domaines entre des sociétés plus ou moins égales sont grandes et tout le monde en est affecté.
Dans notre livre de 2009 The Spirit Level, nous avons émis l’hypothèse que cela se produit parce que l’inégalité augmente l’emprise de la classe et du statut social sur nous, rendant les comparaisons sociales plus insidieuses et augmentant les distances sociales et psychologiques entre les personnes.
Dans notre nouveau livre, The Inner Level, nous rassemblons un ensemble solide de preuves qui montrent que nous étions sur la bonne voie: l’inégalité mange au cœur de notre monde personnel et immédiat, et la grande majorité de la population est affectée par les moyens où l’inégalité devient l’ennemi entre nous. Ce qui nous sépare des autres, ce sont toutes les choses qui nous mettent mal à l’aise les uns avec les autres, inquiets de la façon dont les autres nous voient et timides et maladroits en compagnie – bref, toutes nos angoisses sociales.
Pour certaines personnes, ces angoisses deviennent si graves que le contact social devient une épreuve et elles se retirent de la vie sociale. D’autres continuent de participer à la vie sociale mais sont consternés par le souci constant de ne pas parler de façon banale ou de paraître ennuyeux, stupide ou peu attrayant. Malheureusement, nous avons tous tendance à penser que ces angoisses sont nos propres faiblesses psychologiques personnelles et que nous devons les cacher aux autres ou rechercher une thérapie ou un traitement pour essayer de les surmonter par nous-mêmes.
Mais une récente enquête de la Mental Health Foundation a révélé que 74 pour cent des adultes au Royaume-Uni étaient si stressés à certains moments au cours de la dernière année qu’ils se sentaient dépassés et incapables de faire face. Un tiers avait des pensées suicidaires et 16% s’étaient fait du mal au cours de leur vie. Les chiffres étaient beaucoup plus élevés pour les jeunes. Aux États-Unis, les taux de mortalité augmentent, en particulier chez les hommes et les femmes blancs d’âge moyen, en raison du «désespoir», c’est-à-dire des décès dus à la toxicomanie et à l’alcoolisme, au suicide et aux accidents de voiture. Une épidémie de détresse semble toucher certaines des nations les plus riches du monde.
L’inégalité socioéconomique est importante car elle renforce la conviction que certaines personnes valent beaucoup plus que d’autres. Ceux du haut semblent extrêmement importants et ceux du bas sont considérés comme presque sans valeur. Dans des sociétés plus inégales, nous en venons à nous juger davantage selon le statut et à nous préoccuper davantage de la façon dont les autres nous jugent. Des recherches sur 28 pays européens montrent que l’inégalité augmente l’anxiété de statut dans tous les groupes de revenus, des dix pour cent les plus pauvres au dixième le plus riche. Les pauvres sont les plus touchés mais même les dix pour cent les plus riches de la population sont plus préoccupés par le statut dans des sociétés inégales.
Une autre étude sur la façon dont les gens connaissent un statut social faible dans les pays riches et pauvres a révélé que, malgré d’énormes différences dans leur niveau de vie matériel, les personnes vivant dans une pauvreté relative à travers le monde avaient un fort sentiment de honte et de dégoût de soi et estimaient qu’elles étaient échecs: être au bas de l’échelle sociale est la même chose que vous viviez au Royaume-Uni, en Norvège, en Ouganda ou au Pakistan. Par conséquent, il ne suffit pas d’élever le niveau de vie matériel pour produire un véritable bien-être ou une qualité de vie face aux inégalités.
Bien qu’il semble que la grande majorité de la population soit affectée par les inégalités, nous répondons de différentes manières aux inquiétudes que cela crée sur la façon dont les autres nous voient et nous jugent. Comme nous le montrons dans The Inner Level, une façon consiste à se sentir accablé et opprimé par le manque de confiance, les sentiments d’infériorité et la faible estime de soi, et cela conduit à des niveaux élevés de dépression et d’anxiété dans des sociétés plus inégales.
Une deuxième consiste à essayer de faire étalage de votre propre valeur et de vos réalisations, à vous «améliorer» et à devenir narcissique. Les symptômes psychotiques tels que les délires de grandeur sont plus courants dans les pays plus inégaux, tout comme la schizophrénie. Comme le montre le graphique ci-dessous, le narcissisme augmente à mesure que l’inégalité des revenus augmente, comme le mesurent les scores «Narcissistic Personality Inventory» (NPI) provenant d’échantillons successifs de la population américaine.
Une troisième réponse consiste à trouver d’autres moyens de surmonter ce que les psychologues appellent la «menace évaluative sociale» par le biais des drogues, de l’alcool ou des jeux de hasard, par le biais d’une alimentation réconfortante ou par une consommation de statut et un consumérisme flagrant. Ceux qui vivent dans des endroits plus inégaux sont plus susceptibles de dépenser de l’argent pour des voitures chères et d’acheter des biens de prestige; et ils sont plus susceptibles d’avoir un niveau d’endettement personnel élevé parce qu’ils essaient de montrer qu’ils ne sont pas des «gens de seconde classe» en possédant des «choses de première classe».
Dans The Inner Level, les preuves que nous montrons de l’impact des inégalités sur le bien-être mental ne sont qu’une partie de la nouvelle image. Nous discutons également de deux des mythes clés que certains commentateurs utilisent pour justifier la perpétuation et la tolérance des inégalités.
Premièrement, en examinant notre passé évolutif et notre histoire en tant que chasseurs-cueilleurs égalitaires, coopératifs et partageurs, nous dissipons la fausse idée que les humains sont, dans leur nature même, compétitifs, agressifs et individualistes. L’inégalité n’est pas inévitable et nous, les humains, avons toutes les aptitudes psychologiques et sociales pour vivre différemment.
Deuxièmement, nous abordons également l’idée que les niveaux actuels d’inégalité reflètent une «méritocratie» justifiable où ceux de la capacité naturelle montent et les incapables languissent au fond. En fait, c’est l’inverse: les inégalités de résultats limitent l’égalité des chances; les différences de réussite et de réussite sont dues à l’inégalité plutôt qu’à la conséquence.
Enfin, nous soutenons que les inégalités sont un obstacle majeur à la création d’économies durables qui servent à optimiser la santé et le bien-être des personnes et de la planète. Parce que le consumérisme concerne l’épanouissement personnel et la compétition pour le statut, il est intensifié par les inégalités. Et comme les inégalités entraînent une rupture sociétale de la confiance, de la solidarité et de la cohésion sociale, elles réduisent la volonté des gens à agir pour le bien commun. Cela se manifeste dans tout, de la tendance des sociétés plus inégales à faire moins de recyclage aux enquêtes qui montrent que les chefs d’entreprise dans des sociétés plus inégales sont moins favorables aux accords internationaux de protection de l’environnement. En agissant comme un ennemi entre nous, l’inégalité nous empêche d’agir ensemble pour créer le monde que nous voulons.
Alors, que pouvons-nous faire? La première étape consiste à reconnaître le problème et à passer le mot. Permettre aux gens de voir les racines de leur détresse et de leur malaise non pas dans leurs faiblesses personnelles mais dans la division des inégalités et l’accent mis sur la supériorité et l’infériorité est une étape nécessaire pour libérer notre capacité collective à lutter pour le changement.
L’organisme de bienfaisance britannique que nous avons fondé, The Equality Trust, dispose de ressources pour les militants et un réseau de groupes locaux. Aux États-Unis, consultez Worldwide, la Fight Inequality Alliance travaille avec plus de 100 partenaires pour œuvrer pour un monde plus égalitaire. Et cherchez la nouvelle Alliance mondiale de l’économie du bien-être cet automne.
Notre propre objectif de changement est de travailler à l’accroissement de toutes sortes de démocratie économique – depuis plus de coopératives et d’entreprises appartenant à des employés à des syndicats plus forts, plus de travailleurs dans les conseils d’administration des entreprises et la publication de ratios de rémunération. Nous pensons que l’extension des droits démocratiques aux travailleurs intègre une plus grande égalité plus fermement dans toute culture.
Bien sûr, nous aimerions également une fiscalité et une action plus progressives contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux. Nous aimerions que davantage de citoyens perçoivent un salaire décent et que des mesures soient prises pour assurer une éducation universelle de qualité tout au long de la vie, des services de santé et des services sociaux universels. Il existe de nombreuses façons de lutter contre les inégalités aux niveaux international, national et local, nous devons donc tous travailler de manière adaptée à nos capacités et à nos valeurs.
L’inégalité crée les divisions sociales et politiques qui nous isolent les uns des autres, il est donc temps pour nous tous de tendre la main, de nous connecter, de communiquer et d’agir collectivement. Nous sommes vraiment tous dans le même bateau.

Un rêve d’égalité

Je suis très heureux de faire partie avec vous aujourd’hui de ce qui s’est abaissé à travers l’histoire parce que la meilleure démonstration de flexibilité dans le passé de notre pays. Il y a plusieurs dizaines d’années, un grand États-Unis, quelle que soit l’ombre symbolique dans laquelle nous restons, a autorisé la Proclamation d’émancipation. Ce décret capital est arrivé comme une lueur d’espoir fantastique pour des millions d’esclaves noirs qui avaient été brûlés par le feu de l’injustice flétri. Il est venu comme une aube joyeuse pour terminer la longue soirée de captivité. Cent ans plus tard seulement, nous devons rencontrer le fait tragique prouvé que le Noir n’est pas libre. Cent ans plus tard, la vie du Noir reste malheureusement paralysée des menottes de la ségrégation et aussi des chaînes de la discrimination. Cent ans plus tard, les modes de vie des Noirs sur l’île solitaire de la pauvreté au milieu d’un vaste océan de succès de substance. 100 ans plus tard, le Noir reste languissant dans les recoins de la culture américaine et se trouve en exil sur son propre territoire. C’est pourquoi nous sommes venus ici aujourd’hui pour dramatiser un problème épouvantable. D’une certaine manière, nous en sommes maintenant venus aux fonds de notre pays pour encaisser un chèque. Si les concepteurs de notre propre république publiaient les termes spectaculaires de la Constitution et de la Déclaration d’indépendance, ils mettaient votre signature sur un billet à ordre dont chacun d’entre nous serait l’héritier. Cet avis avait été une garantie que tous les hommes seraient garantis des droits inaliénables à l’existence, à la liberté, ainsi qu’à la recherche de la joie. Il est vraiment évident de nos jours que les États-Unis ont fait défaut sur ce billet à ordre dans la mesure où ses résidents de couleur sont impliqués. Au lieu d’honorer cette responsabilité sacrée, les États-Unis ont, à cause des individus noirs, une vérification insatisfaisante; un chèque qui revient est qualifié de «fonds insuffisants». Mais nous refusons d’imaginer que l’institution bancaire de la justice est en faillite. Nous refusons de penser que nous avons maintenant des fonds insuffisants dans les fantastiques coffres de chance de ce pays. Par conséquent, nous sommes venus encaisser ce chèque, une garantie qui nous donnera sur demande les richesses de la flexibilité et la sécurité des droits appropriés. Nous sommes maintenant également venus pour que cet endroit sacré souligne aux États-Unis l’urgence intense d’aujourd’hui. Ce n’est presque pas le moment de participer au chic de se rafraîchir ou d’accepter le médicament tranquillisant du gradualisme. Le moment est venu de concrétiser la promesse de la démocratie. Le temps est venu de sortir de la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour le cours ensoleillé des droits raciaux propres. C’est le moment d’ouvrir les portes du possible à la plupart des enfants de Dieu. C’est le moment d’élever notre terre de vos sables mouvants d’injustice raciale pour le rock and roll sonore de la fraternité.

Chaos national, ordre local

Le Yémen est devenu un «État du chaos» – une entité nominale qui existe en grande partie sous forme de lignes sur une carte et en tant que concept dans les articles de journaux et les exposés des décideurs.
Les représentations populaires de la guerre civile qui dure depuis trois ans au Yémen suggèrent un pays chaotique, fracturé et polarisé dans lequel les différences entre les principaux groupes de combat sur le terrain et, par extension, entre leurs soutiens internationaux, sont insolubles. Ces représentations reflètent également l’hypothèse que le conflit couvre une grande partie du pays.
En fait, jusqu’à la mort de l’ancien président Ali Abdullah Saleh en décembre 2017 – alors que ce document était en cours de finalisation – le conflit s’était principalement installé dans une impasse pragmatique, mais économiquement destructrice. Les combats de première ligne se sont limités à plusieurs champs de bataille en grande partie statiques, de nombreux acteurs se concentrant de plus en plus sur la politique interne des territoires individuels plutôt que sur le conflit plus large. L’aspect le plus dynamique du conflit multidimensionnel au Yémen en 2017 a été la rupture de l’alliance troublée entre les milices houthis et les loyalistes de Saleh, une confrontation finalement résolue en faveur des Houthis.
Les récits de la guerre reconnaissent rarement la relative stabilité des frontières entre les différentes zones de contrôle territorial, le flux continu de marchandises et de personnes entre ces zones ou la concurrence politique qui s’y opère. De tels récits ne reconnaissent pas non plus la complexité des facteurs menant et entretenant les hostilités, ni la multiplicité des combattants et des intérêts impliqués.
Le Yémen est devenu à bien des égards un «État du chaos»: un endroit où le gouvernement central s’est effondré ou a perdu le contrôle de larges segments du territoire sur lequel il est nominalement souverain; et où une économie politique a émergé dans laquelle des groupes de divers degrés de légitimité coopèrent et se font concurrence. Pourtant, le «chaos» est un terme relatif: bien que le Yémen semble effectivement chaotique de l’extérieur, dans le sens où le désordre général prévaut visiblement, il contient sa propre logique interne, ses économies et ses écosystèmes politiques.
Le Yémen ressemble plus à une région de mini-États à des degrés divers de guerre les uns avec les autres, et assaillie par une gamme complexe de politiques internes et de conflits, qu’à un seul État engagé dans un conflit binaire.
Les groupes qui détiennent l’équilibre des pouvoirs ne correspondent pas directement à ceux engagés à ce jour par l’ONU et les principales puissances internationales – à savoir, les Houthis, les loyalistes de Saleh, aujourd’hui décédé, et le gouvernement du président en exil Abd Rabbu Mansour Hadi. Pour la plupart des Yéménites, ces partis, bien que nominalement les principaux belligérants de la guerre, ne sont que plusieurs groupes parmi de nombreux autres (avec le président Hadi, en outre, largement considéré comme un acteur peu important dont l’importance dérive des détails juridiques, du soutien externe et de l’accès aux ressources plutôt que d’une légitimité «fondée» durement gagnée).
Les distinctions entre les acteurs étatiques et non étatiques de la sécurité et de la gouvernance, et entre les économies licites et illicites, étaient déjà floues avant le début de la guerre. Depuis lors, ces distinctions sont devenues encore plus arbitraires.
Malgré des divisions claires entre les différents territoires, les produits de base (y compris les aliments et le carburant) traversent les frontières intérieures avec une relative facilité. Les armes et autres marchandises illicites sont également commercialisées si largement que les prix des armes à feu et des munitions ont chuté dans tout le pays depuis le début de la guerre.
Il est largement prouvé que les principaux acteurs politiques et acteurs armés ont considérablement profité de l’économie de guerre et que leurs intérêts économiques ont été soutenus par la poursuite du conflit au niveau national. En conséquence, ils ne sont pas incités à accepter un processus de paix qui pourrait menacer le statu quo économique.
Les quelques ressources génératrices de revenus du pays (gisements de pétrole et de gaz, et les infrastructures utilisées pour le transport, le traitement et l’exportation des hydrocarbures), ses principales institutions économiques et ses infrastructures de commerce maritime et terrestre sont devenues des sources de pouvoir politique et militaire. Même en cas de solution politique négociée, ces actifs et institutions sont susceptibles de faire l’objet d’une intensification des luttes armées et politiques. Le concours pour leur contrôle à ce jour a été peu analysé.
Il n’y a pas de moyen facile de transformer le Yémen en un modèle d’État westphalien fonctionnel dans le court laps de temps souhaité par de nombreux responsables occidentaux et étrangers.
Tout accord négocié uniquement entre les parties engagées par l’ONU est garanti pour inciter les autres acteurs sur le terrain à agir comme des spoilers – déclenchant un nouveau conflit si des dispositions prudentes pour un nouveau processus politique véritablement inclusif englobant tous les autres groupes yéménites ne sont pas intégrées dans le processus de paix actuel dirigé par l’ONU.
Une approche qui ignore le rôle et la nature des acteurs et intérêts extérieurs au Yémen ne réussira pas. Le processus de médiation doit comprendre des incitations pour que les tiers impliqués dans le conflit agissent de bonne foi pour soutenir un règlement politique négocié et doivent prévoir des mesures punitives dans le cas contraire.
Les politiques et cadres actuels de paix au Yémen sont construits autour de modèles binaires simplistes de conflit qui ne ressemblent guère à la réalité et qui reflètent souvent des vœux pieux plutôt qu’une analyse minutieuse. Tirant les leçons de la période de transition 2012-14, les décideurs et les médiateurs doivent ajuster leurs priorités en conséquence. En particulier, ils doivent accorder autant de poids aux initiatives initiales – complexes, désordonnées, difficiles et chronophages que celles-ci – qu’aux processus descendants.
Les décideurs du Royaume-Uni, des États-Unis et des autres États membres des Nations Unies devraient soutenir le recalibrage du processus de médiation actuel dirigé par les Nations Unies et l’élargir, officiellement ou officieusement, à trois volets également pondérés qui:
Aborder le rôle des États tiers – non limités à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à l’Iran, aux États-Unis, au Royaume-Uni et à la France – dans la prolongation directe ou indirecte de la guerre et le parrainage d’acteurs militaires.
Intensifier les contacts et la médiation entre les parties officiellement désignées comme les principaux belligérants par le Conseil de sécurité de l’ONU (les Houthis, les loyalistes de Saleh et le gouvernement Hadi). Communiquez-leur la nécessité d’élargir la participation au processus de paix.
S’attaquer aux dynamiques politiques et de conflits infranationaux et locaux en dialoguant avec les principaux dirigeants militaires et politiques de chaque gouvernorat et les hauts responsables des divisions infranationales actuelles: les Houthis occupés au nord et à l’ouest du Yémen; les territoires tribaux des hautes terres d’Al Jawf, Mareb et Al Bayda; Taiz; le sud tribal séparatiste; Aden; Hadramawt (côtier et nord); et Al Mahra. Envisager de contacter le conseil régional de Saba, le Conseil de transition du Sud et d’autres initiatives régionales similaires. Intégrez ces groupes dans le processus de médiation plus large.

Tester la gravité

Récemment, j’ai réalisé un vieux rêve en effectuant un saut en chute libre à l’aérodrome. C’était par une chaude journée, et j’ai surtout été frappé par l’intensité de cette journée. J’avais lu pas mal de récits à gauche et à droite pour savoir si ça en valait la peine, mais la réalité s’est avérée bien plus intense. La chute libre ne dure en fait en elle-même qu’une cinquantaine de secondes. Ce qui fait cher la seconde, vu le prix du saut. Mais l’expérience commence en fait bien avant la chute proprement dite. Ca survient le matin même, quand on ouvre les yeux et qu’on se dit : « c’est aujourd’hui que je vais sauter dans le vide, à 3500 mètres d’altitude ». Et je peux vous garantir que ça renverse la manière dont vous percevez la journée ! Le moindre détail prend un sens particulier. Et certains détails sont assez alarmants. Peu après notre arrivée à l’aéroclub l’équipe m’a demandé de signer à chacun une décharge précisant que nous n’engagerions pas de poursuite si nous mourions dans l’aventure. Puis il y a eu le briefing, nous exposant comment un petit rectangle de toile était censé nous sauver d’une mort atroce. Après ça, les choses se sont corsées. Parés et harnachés nous avons pris la direction de l’avion. J’ai respiré à grands coups pour ne pas perdre pied. J’aime voyager en avion, mais les petits appareils, ce n’est pas ma came. Quelques minutes plus tard, après s’être pressés à l’arrière, on a décollé. A bord, je me fais l’effet d’un jeune soldat se apprêtant à être largué pour sa première mission en plein Vietnam. Les autres candidats au tandem paraissent aussi nerveux que moi. Ceux qui vont sauter en solo, font les malins. Mais leurs voix paraissent provenir de loin, même s’ils sont à moins d’un mètre. Soudain, un moniteur défait les attaches : le premier tandem va sauter. Je croise le regard du candidat, saut en parachute un peu pâle. L’instant d’après, le tandem a disparu avec son ange-gardien dans le vide. A mon tour. Je prends position, suis les règles, et me retrouve l’instant d’après à regarder la Terre en dessous. La scène a quelque chose d’impossible : qu’est-ce qui m’a pris ? Deux secondes plus tard, je lâche tout ce qui me retient encore à l’appareil. C’est parti pour quelques secondes de joie intense. Un instant impossible à raconter. Je tombe à une telle vitesse que l »air se change en un fluide palpable. Alors que je commence à m’inquiéter en voyant le sol approcher, le parachute s’ouvreet me donne l’impression d’être tiré vers le haut. C’est la fin d’une expérience extraordinaire. Mais cette sublime tranche de vie va me poursuivre un moment ! Si vous voulez ressentir les plaisirs de la chute libre, voilà un lien vers le site où j’ai déniché ce baptême de chute libre. Plus d’information est disponible sur le site de l’agence de voyage de ce baptême de parachute. Suivez le lien.

Moins de pilotes de chasse pour plus de drones de combat

En août, les groupes qui avaient construit des profils d’avions de combat mma (exactement comment exprimer cela est problématique) se sont multipliés contre un aviateur de combat humain, bien sûr à l’intérieur d’une simulation. La question n’était pas de savoir si les ordinateurs nous remplaceraient à un moment donné ce que les pilotes devraient considérer comme notre place irremplaçable dans le monde des vols aériens, mais plutôt quand ils le feraient. La solution? Bientôt. Les tests ont opposé un aviateur de combat Air Pressure F-16 mma de premier ordre à l’intelligence artificielle (IA) créée par le champion d’un concurrent pour se rendre en finale, Heron, une petite entreprise appartenant à des femmes et à des minorités. Dans la lutte, qui, pour être juste, était un combat de chien en tête-à-tête entre l’IA et l’USAF, les ordinateurs ont vaincu le pilote à base de viande 5 fois directement. Et rappelez-vous que dans la vraie vie, vous êtes absent après avoir été étiqueté dès que possible. La Defense Advanced Study Projects Company (DARPA) porte le concours, et elle s’est assurée de déclarer qu’après que le pilote humain eut été battu, ce n’était que le début, nous étions loin des ordinateurs prenant le relais des pilotes humains dans le véritable théâtre de combat aérien. Oh oui? Il est impossible de ne pas dessiner des critiques avec le complément préféré de l’IA par rapport à l’être humain dans l’histoire, le look inférieur de 1996 parmi le champion du monde d’échecs Strong Light Blue et humain d’IBM Garry Kasparov. Alerte spoiler: HAL, euh, je parle d’IBM, gagné de manière convaincante. Vingt-cinq ans plus tard, ce n’est pas vraiment un concours. Les systèmes informatiques sont meilleurs aux échecs que les individus, vol en avion de chasse Abeville bien meilleurs. Mettez ça dans votre pipe… Deep Light Blue est notre papa depuis un quart de siècle. Qu’est-ce que cela signifiera pour nous, pilotes d’avion? Que nous serons sans travail en tant que tracts industriels? Que nous serons obsolètes en tant que combattants? Que notre passe-temps préféré va être terminé? Oui, oui et, volontiers, non. La meilleure nouvelle est que la DARPA avait raison. Cela va prendre du temps. Réfléchissez à ce qu’il envisagerait vraiment pour un avion à lui seul pour savoir quoi faire, quel endroit aller, comment s’y rendre, et comment atterrir et obtenir tout boutonné par lui-même. C’est un truc du très lointain long terme. A part ça, ce n’est pas le cas. Garmin n’a pas encore créé ce genre de choses en utilisant sa puissance Autoland, même s’il déclare que son programme n’est pas vraiment un intellect artificiel mais plutôt une procédure déterministe. Quelle que soit la terminologie utilisée par Autoland, cet utilitaire de sécurité vraiment semblable à l’IA était déjà certifié par la FAA ainsi que par la Western Union Aviation Safety Agency. C’est pour une utilisation d’urgence, d’accord. Mais avez-vous tendance à utiliser Autoland simplement pour une utilisation normale? La bonne réponse est l’une des deux choses suivantes: «oui» ou «bientôt». Certaines parties de l’IA de Garmin sont déjà certifiées et fonctionnent également pour chaque vol de compagnie aérienne pour un grand nombre de milliers de pilotes d’avion dans la puissance de protection de l’enveloppe incluse dans sa gestion de vol de compagnie aérienne intégrée (techniques de pilote automatique). Tentez de vous rendre à l’institution financière aussi rapidement ou descendez trop rapidement, et cela vous aidera, le pilote, à ne pas le faire. Le système a-t-il réellement besoin de la partie «vous, le pilote»? Je vous laisse le soin de le déterminer. Ce sera difficile pour les dernières décennies de pilotes d’avion pour qui l’image du héros invincible aviateur fait partie intégrante de leur identité. «Qu’est-ce que cela signifie», peuvent-ils demander, «lorsqu’un ordinateur peut tout faire, je ne peux que faire mieux à chaque fois?» La bonne réponse est, évidemment, que cela indique précisément ce qu’ils craignent que cela signifie, leur capacité et leur jugement remarquables le sont moins comparés à ce qu’ils ont vécu autrefois. Ce n’est pas la toute première fois que l’aviation continue d’être une chose comme celle-ci. Lorsque les pilotes automatiques sont devenus courants dans les petits avions il y a 50 ans, il y avait clairement un déni macho et forcé de leur pouvoir. Un pilote automatique rendait incontestablement le vol, en particulier par mauvais temps, beaucoup plus sûr, donc en utiliser un devenait «tricher», et certains pilotes ont clairement expliqué ce que cela impliquait, que tant que vous ne pilotiez pas l’avion vous-même, vous n’étiez pas un vrai pilote. J’entendais encore ces dinosaures parler du sujet au milieu des années 90. Mais l’automatisation de l’avion entier est bien pire. Avec un pilote automatique, un aviateur de personnes décide néanmoins si et quand l’utiliser. Un avion géré par l’IA ferait-il de nous plus de pilotes d’avion? Au moins pour ce vol, il le ferait surtout. Et je dirais que certains types de montée en flèche seront très difficiles à obtenir pour l’IA. Croyez en évitant les orages au milieu de l’adolescence lors d’une journée de convection active. Je me trompe peut-être aussi à ce sujet. Je le suis probablement. La bonne nouvelle est que même si l’IA est prête ou presque prête maintenant, cela peut prendre beaucoup de temps pour qu’elle soit certifiée, créée et installée, puis encore plus longtemps pour avoir une entreprise aussi massive que l’aviation industrielle pour l’adopter. 5 années? C’est improbable. Dix ans? C’est un certain pari que l’intelligence artificielle a peut-être fait d’importantes percées dans l’aviation commerciale d’ici là. En fait, si les planificateurs des compagnies de voyages aériens n’exploitent pas déjà ce genre de choses, ils ne sont pas très bons dans leur travail.

Une réunion sur l’écologie profonde

J’ai récemment assisté à une réunion sur l’écosystème profond. Ce qui suit est ma contribution. L’écosystème profond est définitivement une approche environnementale et un mouvement interpersonnel basé dans l’idée que les gens devraient changer significativement leur relation à la nature dans un qui principes mère nature exclusivement pour son efficacité aux humains à un qui comprend que la nature vient avec une valeur naturelle. Parfois appelé « écosophie », l’écosystème fort offre une signification de l’individu qui est différente des notions conventionnelles et est un mouvement social qui a parfois des sous-entendus spirituels et mystiques. Les mots sont apparus en 1972 avec le philosophe norvégien Arne Naess qui, avec l’écologiste américain George Periods, a développé un système de huit principes d’organisation pour le mouvement social de l’écosystème profond. L’écologie profonde se distingue des autres types d’environnementalisme par des revendications philosophiques plus larges et plus fondamentales sur la métaphysique, l’épistémologie et les droits sociaux propres. Le conservationnisme, le protectionnisme, la science de l’écologie et l’écosystème profond sont quelques-unes des composantes significatives du mouvement gouvernemental et moral de l’environnementalisme. Les écologistes forts distinguent souvent leur propre position de ce qu’ils appellent « l’écologie superficielle » des autres environnementalistes. Ils soutiennent que le mouvement environnemental dominant ne s’intéresse à divers problèmes environnementaux (comme la pollution atmosphérique, la surpopulation et la conservation) que dans la mesure où ces problèmes ont un impact défavorable sur l’écosystème d’une région et perturbent les passions de l’être humain. Ils affirment que l’anthropocentrisme, une vision du monde qui contient une vision instrumentaliste de la nature et un regard sur l’homme en tant que conquérant de mère nature, a conduit à la dégradation de l’environnement dans le monde entier, et qu’il devrait donc être remplacé par des visions du monde écocentriques (centrées sur l’écosystème) ou biocentriques (centrées sur la vie), dans lesquelles la biosphère devient le principal centre d’intérêt. Tout au long du début des années 1970, Naess a indiqué que la motion écologiste devait faire bien plus que sauver et protéger l’environnement. Il soutenait que la réévaluation extrême de la connaissance de la nature humaine était nécessaire. En particulier, il a déclaré que la dégradation de l’environnement était probablement due à une conception du soi humain qui avait été mal définie dans le passé. Naess a affirmé que la personne s’arrête aux autres et au monde qui l’entoure une fois que le soi est considéré comme un ego solitaire et impartial parmi d’autres egos solitaires et indépendants. Cette scission entraîne les pièges de l’anthropocentrisme et de la dégradation écologique. Il pensait qu’une nouvelle compréhension du personnel (connue sous le nom de « réalisation de soi ») était nécessaire. » Sur la base de l’écologie forte, le personnel doit être compris comme profondément associé à la mère nature et comme un élément de celle-ci, et non pas dissocié d’elle. Les écologistes forts appellent souvent cette conception de la mère nature humaine le « soi écologique », et elle signifie que les gens agissent et sont en harmonie avec la mère nature, et non en opposition avec elle. Selon Naess, une fois que le personnel écologique est reconnu, il identifiera et adhérera aux normes d’une éthique environnementale qui mettra fin aux abus de la mère nature qui caractérisent le soi standard, qui est maintenu dans un comportement anthropocentrique. En outre, la personne écologique pratiquera un « égalitarisme biocentrique », dans lequel chaque entité naturelle est considérée comme intrinsèquement comparable à toute autre entité. En 1984, Naess et Sessions ont créé une déclaration en huit points, ou plate-forme, pour l’écosystème profond. Cette déclaration n’était pas proposée comme un manifeste rigide ou dogmatique, mais plutôt comme des concepts assez fondamentaux pouvant aider les gens à articuler leurs propres positions écologiques fortes. Elle a également été conçue comme un manuel pour l’établissement d’un mouvement écologique fort.

Des revendications sur les cryptomonnaies

Alex Gladstein, de la Fondation des droits de l’homme, a décrit dans un article de l’année dernière que les crypto-experts doivent regarder avant leur rencontre quotidienne « où ils bénéficient de la démocratie libérale, des droits de l’homme, de la liberté d’expression, d’une législation en vigueur et de devises de réserve relativement stables comme le dollar ou la livre ». Gladstein a mis en œuvre avoir une évaluation du contexte mondial à l’époque –créant l’affaire que si la plupart des Américains pourraient ne pas avoir besoin de cryptocurrencies, le monde le fait. Mais maintenant, il semble que les citoyens américains n’ont pas à regarder aussi loin que ce qu’il avait initialement à l’esprit. Comme Norbert Michel, Walter Olson et moi-même l’avons écrit dès l’annonce de la nouvelle, le choix de l’excellent ministre canadien Justin Trudeau d’invoquer la loi sur les situations d’urgence visait principalement à geler les profils des institutions financières des personnes actives dans les manifestations de camionneurs sans qu’il soit nécessaire de recourir à un tribunal. Avec ce seul contact, Trudeau a rendu la situation des crypto-monnaies généreusement claire : les crypto-monnaies offrent une méthode pour protéger ses richesses des gouvernements autoritaires et c’est un facteur qui doit être créé même dans l’une des nations les plus libres de la planète. Le niveau de résistance à la censure est l’une des caractéristiques les plus importantes que les cryptocurrencies offrent à tous ceux qui sont détenus dans des régimes autoritaires. Alors que les autorités gouvernementales peuvent contrôler, ou censurer, le public par le biais des institutions bancaires (gel des comptes, confiscation des ressources, etc.), les crypto-monnaies offrent une nouvelle chance de sauvegarder ses richesses. ), les crypto-monnaies offrent une nouvelle chance de protéger les richesses de chacun. L’un des problèmes des institutions bancaires traditionnelles est qu’elles reposent sur l’utilisation d’intermédiaires tiers, qui constituent également un « point d’étranglement » dont les autorités gouvernementales peuvent tirer le meilleur parti. Par exemple, à travers la lentille de la doctrine de la tierce partie, le gouvernement fédéral américain considère que la propriété d’un compte bancaire devient un abandon de son 4e amendement directement à la vie privée lorsqu’il s’agit de documents monétaires. En comparaison, comme observé précédemment, l’absence d’intermédiaire tiers dans les crypto-monnaies décentralisées signifie qu’il n’y a absolument personne sur qui le gouvernement fédéral peut faire pression pour divulguer les informations d’une personne, sauf le propriétaire direct de ces informations. Si le gouvernement fédéral américain prenait des mesures à l’égard de ce type de propriétaire direct, il devrait d’abord faire valoir sa situation et obtenir une ordonnance du tribunal. Mais d’un point de vue critique, les crypto-monnaies ne sont pas totalement protégées de la doctrine des tiers. En fait, pour cette raison, les utilisateurs de crypto-monnaies soulignent souvent des phrases comme « Pas vos clés, pas vos pièces. » En bref, cette phrase ne fait qu’attirer l’attention sur l’importance des portefeuilles auto-hébergés. Si vous choisissez de faire confiance à une tierce partie pour héberger votre portefeuille, alors vous ne bénéficiez généralement pas de toutes les protections que les crypto-monnaies peuvent offrir. L’avènement du bitcoin, ainsi que d’autres crypto-monnaies qui l’apprécient, a introduit la possibilité de supprimer les intermédiaires et d’héberger électroniquement son argent de manière personnelle. En d’autres termes, il a offert la possibilité d' »être votre banque personnelle ». Mais cette chance n’a pas empêché les individus d’utiliser un intermédiaire. Kraken, Coinbase, FTX et d’autres facilitent plus que jamais l’utilisation des crypto-monnaies, mais cet avantage a un prix – comme les banques traditionnelles, ils sont également sensibles à la doctrine de la troisième célébration. Cette vérité a été mise en évidence lorsque Jesse Powell, le PDG de Kraken, a répondu au scénario au Canada en expliquant franchement que les achats gouvernementaux pour verrouiller les comptes sont une chose qui s’est produite et qui se reproduira probablement lorsque les gens utiliseront des intermédiaires. Powell a déclaré : « Si cela vous inquiète, ne gardez pas votre argent chez un dépositaire centralisé/réglementé. Nous ne pouvons pas vous protéger. Sortez vos pièces/argent liquide et contentez-vous de l’industrie [peer-to-peer]. » Ainsi, alors que la situation n’aurait pas pu être créée pire au Canada, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a vraiment signalé le tweet de Powell (en plus d’un de votre PDG de Coinbase, Brian Armstrong) à l’application de la loi sur les raisons pour lesquelles il donnait des conseils sur la façon d’éviter les limitations. Des réponses comme celle du paiement de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario prouvent clairement pourquoi il est essentiel que l’Amérique prenne de l’avance en mettant en place des protections pour les portefeuilles autogérés. Un exemple particulier est sans aucun doute la protection prévue par le projet Maintain Your Coins Take action du représentant Warren Davidson (R OH) qui, s’il est introduit, interdira aux entreprises du gouvernement fédéral de restreindre l’utilisation des crypto-monnaies dans les portefeuilles gérés par les particuliers. Ou alors, il est possible que les régulateurs imposent des normes de conformité impossibles à respecter et bloquent l’utilisation des portefeuilles autogérés. Le choix de Trudeau, néanmoins, n’a pas seulement amélioré la situation des crypto-monnaies. En outre, il a créé une situation favorable aux monnaies numériques des banques centrales, référenceur ou CBDC. Si le Canada disposait d’une CBDC – en particulier au niveau des particuliers ou des détaillants – le processus de profilage à froid aurait été accéléré et probablement à une échelle beaucoup plus grande. À maintes reprises, les promoteurs de la CBDC ont vanté les mérites du codage et des possibilités de sécurité de toute CBDC. Ce degré de contrôle fini aurait pu immédiatement relier le gouvernement fédéral canadien aux ressources financières des manifestants. Et fera exactement la même chose en Amérique en cas d’adoption d’une CBDC. En fait, dans une minute de prescience au cours d’une occasion à la Competitive Enterprise Institution le 8 février, le représentant Tom Emmer (R MN) a averti qu’il n’y aurait pas grand chose pour empêcher « l’autoritarisme numérique » d’être utilisé pour freiner les protestations dans les revendications. Il a expliqué que ce type de risque était la raison pour laquelle il pensait qu’il fallait interdire à la Réserve gouvernementale d’émettre une CBDC au niveau du détail. Walter Olsen l’a peut-être mieux exprimé en écrivant : « Les décrets de lundi soulignent à quel point il est dangereux d’armer le gouvernement fédéral avec le genre de pouvoirs d’urgence financiers et inattendus qui peuvent contourner la procédure régulière, mettre à genoux les foyers par une incapacité économique sans avoir à faire de test, et détruire la vie privée. » Que vous ayez été pour le convoi ou non, c’est une question dont tout le monde devrait discuter. Jake Chervinsky a bien créé ce point lorsqu’il a écrit : « Si les personnes en politique que vous aimez peuvent geler les profils des manifestants que vous n’aimez pas, alors les personnes en politique que vous détestez peuvent verrouiller les profils des manifestants que vous préférez. A quel point êtes-vous précis actuellement que les politiciens que vous détestez ne seront jamais, jamais, dans l’énergie une fois de plus ? » Le Canada a commencé à dégeler les profils bancaires des manifestants, mais cette décision ne doit pas être négligée dans un avenir proche. C’est un rappel pertinent de l’énergie que les autorités gouvernementales non seulement détiennent, mais pourraient utiliser à tout moment pour maîtriser la population.