Au volant d’une voiture à 1 million

Voyager avec des voitures de performance ou de luxe est définitivement une expérience incroyable, et j’ai également eu la chance avec quelques amis de conduire certaines des meilleures supercars du monde. Il n’existe absolument rien de rationnel ou de raisonnable à garder les pourboires pour 1,9 mille dollars des voitures de sport les plus rêveuses du monde, des voitures exotiques, des grand tourisme et des supercars. C’est une chose d’analyser l’emballage des véhicules utilitaires sport légers et agréables à la famille. C’est notre travail habituel. Le meilleur véhicule du conducteur est tout au sujet de la façon dont une voiture vous fait ressentir. Cela concerne les abeilles dans votre ventre lorsque vous coupez un sommet, les rires causés par le lancement de la fronde d’une accélération à peine maîtrisée et le sentiment de satisfaction qui vient de la fusion de l’homme et de l’appareil. Où est le porte-gobelet pour mon café au lait dans la McLaren? Pourriez-vous installer quelqu’un sur cette banquette arrière de la 911? Combien coûte vraiment cette Ferrari 488? Ne sait pas. Pas de traitement. Notre Freeway Patrol a aidé la fermeture du California State Path 198 et après l’intrusion de Mazda Raceway Laguna Seca sont les caractéristiques de l’occasion. Mais la structure Very best Driver’s Vehicle a vraiment commencé deux semaines auparavant à Auto Team Speedway, lorsque notre trio de dépistage composé de Kim Reynolds, Chris Walton et Erick Ayapana avait fait sa première pause chez nos concurrents avec cette batterie de criblages instrumentés standardisés. Pour générer le titre de Meilleur véhicule pour conducteur, une automobile doit offrir un équilibre entre performances globales utilisables, maniabilité intuitive et style convivial. Le gagnant devrait être une automobile à la personnalité multidimensionnelle, une voiture qui plaira et récompensera l’automobiliste passionné sur n’importe quelle route à tout moment, indépendamment des conditions météorologiques et des visiteurs. Nous avons vécu toute une région cette année, avec des conseils venus d’Italie, d’Allemagne, du Japon, d’Angleterre et du tonnerre V-8 de l’indépendance américaine. Mais alors que le groupe de contrôle examinait les résultats de l’examen, il n’y avait clairement pas de leader clair comme du cristal. Un orage se préparait. Une poussée de 4 heures le long des déchets sans chenilles de l’I-5 nous amène à l’hôtel de Master City, les plus beaux SUV en Californie. La plupart des autres juges s’étaient mis en convoi vers midi. Mais avec la plus grande partie de la Californie dans le matelas, le rédacteur affilié Scott Evans et moi avons créé de merveilleux moments au sein de l’Aston Martin et de la Corvette. Nous sommes arrivés au Master Town Times Inn une tique avant minuit. Nous étions les derniers à venir, mais notre employé de la station n’aurait pas pu être plus heureux. Ce n’est pas tous les jours que vous pouvez rencontrer un héros YouTube, un « Mr. Lieberman », qui a déjà fait l’expérience d’un spectacle de véhicules imprévu à notre variété. Son club amoureux est presque partout. L’autoroute 198 est un endroit magique, une route à deux voies pour le grand public ondulante pleine de lacets serrés, de formes rapides, de saillies médianes, de longues lignes droites et de vues à couper le souffle. C’est un joli tronçon de 4,2 miles hors de la chaussée qui grimpe à environ mille pieds, ce qui permet aux juges Engine Trend de vérifier chaque concurrent à ses limites (ainsi que leurs propres). Tous les points faibles de la voiture ou de l’automobiliste vont être rapidement reconnus sur ce passage. C’est le moulin qui broie le grain. Juste après le lever du jour, le brouillard sur le sol étant néanmoins en train de se nettoyer, nous nous sommes éloignés de la direction pour installer le camp, nettoyer les véhicules et attendre que les Ford Explorers noir et blanc de la Ca Highway Patrol scellent la rue afin que nous puissions commencer. Après une conférence de groupe, nous avons mis le feu aux 86 cylindres et avons commencé nos premières descentes sur les collines attirantes – tout le monde commençant dans le véhicule que nous avions propulsé de L.A.C’était pour moi la Chevrolet Corvette Grand Sport, débordante d’apparences et de sons. La ‘Vette est vraiment une petite amie une fois configurée correctement – Sélectionnez le réglage du conducteur dans l’activité sportive et le volant configuré pour Tour. Dans ces paramètres, la réaction de l’accélérateur est linéaire et rapide, et la suspension est appelée pour maximiser la vitesse de la voiture dans les virages. La direction est légère et immédiate, même si vous devez créer un travail conscient pour vous ralentir simplement parce que les virages sont toujours très rapides. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de place pour l’amélioration. «Besoin de 100 CV supplémentaires! Expérimenté lentement! » Jonny a crié juste après son virage juste derrière le pneu. En outre, la boîte de vitesses manuelle à 7 vitesses encombrée a des lancers caoutchouteux et caoutchouteux et n’aime pas être pressé, ainsi que les rapports de vitesse sont trop élevés pour votre Grand Sport orienté piste. Le rédacteur en chef a déclaré Mark Rechtin: «Il semble qu’il y avait clairement un grand espace entre les powerbands des 3e et 4e équipements.» Chevy a utilisé pour sabler la Camaro pour éviter de bouger sur les orteils de la Corvette, mais ces jours sont partis. La Camaro ZL1 1LE est un véhicule de compétition sans cage. Alors qu’il entrait dans notre voie des stands de fortune, Jonny pourrait être remarqué en train de crier: «Ouais! et frappant dans ses mains.

Des constructions plus vertes par la technologie

Les nouvelles techniques de construction rendent les bâtiments plus écologiques et plus faciles à recycler.

Le secteur de la construction est l’un des plus grands consommateurs d’énergie et de ressources naturelles. En fait, la construction est responsable d’environ 40 % de la consommation mondiale d’énergie et de 50 % de l’utilisation de tous les matériaux non transformés, ce qui signifie que la construction a un impact important sur l’environnement. Néanmoins, les nouvelles techniques de construction rendent les bâtiments beaucoup plus respectueux de l’environnement et plus faciles à réutiliser.

L’impact du secteur de la construction sur le changement climatique

Les bâtiments représentent une grande partie de la consommation énergétique internationale et la construction est responsable d’une part importante des émissions de gaz à effet de serre. En fait, le secteur de la construction est responsable d’environ 11 % de la plupart des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

À mesure que la communauté prend conscience de la nécessité de réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles et de lutter contre le changement climatique, le marché de la construction est mis sous pression pour trouver des moyens de réduire son impact.

L’industrie de la construction peut contribuer à réduire son impact sur le changement climatique de plusieurs manières :

1. Utiliser de meilleures techniques de construction : Les nouvelles techniques de construction permettront d’améliorer l’efficacité des projets de construction et de réduire la quantité d’énergie et de ressources utilisées.

2. Utiliser des matériaux recyclés et recyclables : L’utilisation de matériaux recyclés et recyclables dans la construction peut contribuer à réduire la quantité de déchets produits.

3. Utiliser des énergies renouvelables : L’énergie durable peut être utilisée pour alimenter les équipements et les structures de développement.

4. Améliorer l’isolation des bâtiments : L’amélioration des matériaux de rétention de la chaleur des bâtiments peut réduire la quantité d’énergie nécessaire pour les chauffer et les refroidir.

5. Utiliser des méthodes de construction écologiques : Les méthodes de construction écologiques permettent de réduire l’impact de la construction sur l’environnement.

L’une des techniques de construction verte les plus populaires est celle des toits verts. Les toits écologiques consistent à faire pousser de la végétation sur le toit d’un bâtiment afin de l’isoler et de réduire sa consommation d’énergie.

Une autre technique de construction écologique populaire est connue sous le nom de conception solaire inactive. La conception solaire passive consiste à orienter un bâtiment de manière à augmenter la quantité de lumière solaire qu’il reçoit. Cela permet de minimiser la quantité d’énergie nécessaire pour chauffer et refroidir la construction.

L’industrie de la construction devient plus verte grâce à l’utilisation de la technologie. À mesure que la communauté prend conscience du désir de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles et de lutter contre le changement climatique, le secteur de la construction est mis sous pression pour trouver des moyens de réduire son impact. L’industrie de la construction réagit en utilisant des techniques de conception plus efficaces, des matériaux recyclés, des énergies renouvelables et des méthodes de construction écologiques. Grâce à ces efforts, le secteur de la construction devient plus durable et contribue à la lutte contre le changement climatique.

La performance des entreprises

Malgré le lien apparemment évident entre bonne gestion et performance de l’entreprise, établir un lien de causalité entre les deux est en réalité assez délicat. Cette colonne examine comment les entreprises portugaises ont réagi à la fin soudaine et inattendue de la guerre civile en Angola en 2002, et découvre une augmentation immédiate des taux d’entrée à l’exportation pour les entreprises ayant au moins un directeur ayant une expérience antérieure de l’exportation vers l’Angola. Ce résultat sur l’impact des connaissances acquises sur la performance est particulièrement utile pour les entreprises qui cherchent à opérer sur les marchés étrangers.
L’énorme variation de la performance des entreprises est devenue un centre d’intérêt empirique et théorique dans toutes les sciences sociales, y compris l’économie. Le sujet est à la fois complexe et passionnant. Les entreprises sont des organisations à multiples facettes – allant des petits acteurs régionaux aux grandes multinationales – où les facteurs technologiques, sociaux, institutionnels, historiques et humains interagissent tous. Dans un monde aussi complexe, une tendance récente dans la littérature est de se concentrer sur, comme le dit efficacement Syverson (2011), « le chef d’orchestre » :
Les managers sont les chefs d’orchestre d’un orchestre d’entrée. Tout comme un mauvais chef peut conduire à une cacophonie plutôt qu’à une symphonie, on pourrait s’attendre à ce qu’une mauvaise gestion conduise à des opérations de production discordantes.
Dans l’esprit de la citation de Syverson, des études empiriques récentes ont exploité la disponibilité croissante d’informations sur les pratiques managériales et les caractéristiques des managers pour établir un lien étroit avec la productivité de l’entreprise (ainsi que du pays) et d’autres dimensions de la performance. Plus précisément, Bloom et Van Reenen (2010), Bloom et al. (2013), Bloom et al. (2016b), et Guiso et Rustichini (2011), entre autres, ont établi que de meilleurs managers et pratiques managériales conduisent à une meilleure performance de l’entreprise.
Même si cela peut sembler évident pour beaucoup, y compris pour les praticiens et les hommes d’affaires, établir un lien de causalité entre les dirigeants et la performance de l’entreprise est en réalité assez délicat en raison de la présence de nombreux facteurs non observables corrélés et de forts effets de sélection au travail. En même temps, ce qui est vraiment intéressant dans cette littérature, c’est l’ampleur des effets implicites. Avoir de bons gestionnaires et de bonnes pratiques de gestion, c’est comme avoir une technologie de production supérieure et est au moins aussi important que les investissements clés de l’entreprise comme l’innovation, le capital et les ressources humaines.
Nous pensons que la prochaine question à aborder dans cette littérature est ce qui se passe lorsque les dirigeants passent d’une entreprise à une autre. Une entreprise qui engage un bon manager améliore-t-elle ses performances ? De combien? Si oui, est-ce dû aux capacités intrinsèques du gestionnaire ou est-ce dû aux connaissances et aux capacités que le gestionnaire a acquises dans les entreprises précédentes ? Qu’advient-il de l’entreprise lorsque le « bon » gestionnaire quitte ?
Dans un article récent, nous apportons des réponses à ces questions (Mion et al. 2016). Nos résultats sont évidemment importants pour comprendre la performance d’une entreprise. Ils sont également potentiellement cruciaux au niveau agrégé, c’est-à-dire au niveau régional ou national. La présence de flux de connaissances signifie que les politiques affectant directement les compétences et les connaissances managériales dans certaines entreprises se répercuteront tôt ou tard sur d’autres entreprises1.
Nous sommes confrontés à deux défis. La première consiste à séparer les capacités intrinsèques d’un gestionnaire des connaissances et des capacités qu’elle a acquises dans les entreprises précédentes. La seconde montre que ces connaissances et capacités acquises ont un impact sur la performance actuelle de l’entreprise. Nous les traitons en exploitant des données exceptionnellement riches pour une petite économie ouverte – des données sur le commerce international au niveau entreprise-pays-produit et des données de panel employeurs-employés appariées couvrant les entreprises portugaises de 1997 à 2005 – et une puissante combinaison de conceptions économétriques.
Afin de séparer les capacités intrinsèques d’un manager des connaissances et capacités qu’il a acquises dans des entreprises précédentes, nous utilisons des informations indiquant si le manager a travaillé dans le passé pour des entreprises exportant vers un pays de destination spécifique ou un produit spécifique. Nos données sont alors suffisamment riches pour permettre de contrôler à la fois les non observables du manager et de l’entreprise et d’éliminer toutes les capacités invariantes dans le temps du manager, ainsi que la performance globale de l’entreprise.
Afin de montrer que ces connaissances et capacités acquises ont un impact sur la performance actuelle de l’entreprise, nous relions la mesure des connaissances acquises spécifiques à la destination ou spécifique au produit (par exemple, l’expérience dans l’exportation de chaussures) à la performance commerciale actuelle de l’entreprise dans ces mêmes destinations ou produits spécifiques ( exemple la probabilité d’exporter des chaussures). Nous abordons l’endogénéité de l’embauche de deux manières complémentaires. Premièrement, nous nous concentrons sur un sous-ensemble de données et explorons la performance différentielle des entreprises avec et sans dirigeants ayant une expérience d’exportation spécifique à l’Angola à la suite d’un événement exogène, à savoir la fin soudaine de la guerre civile angolaise en 2002. Deuxièmement, nous nous appuyons sur la nature du panel de l’ensemble des données et utilisons des informations indiquant si l’entreprise avait des dirigeants ayant une expérience d’exportation spécifique à la destination ou au produit trois ans avant d’évaluer la performance de l’entreprise dans ces destinations ou produits.
La première étape pour établir une relation entre les expériences d’exportation apportées par les dirigeants dans une entreprise et la performance commerciale de l’entreprise consiste à évaluer si l’expérience d’exportation correspond à une prime salariale. Nos analyses de régression indiquent une prime de près de 3 % après contrôle des effets fixes des travailleurs et des entreprises, ainsi que d’un certain nombre de caractéristiques des travailleurs et des entreprises variant dans le temps. Les gestionnaires ayant une expérience de l’exportation sont généralement jumelés à de « meilleures » entreprises et proviennent d’entreprises plus productives. Néanmoins, ils reçoivent toujours une prime salariale importante — la moitié de la prime qu’ils reçoivent pour être des gestionnaires — lorsqu’ils ont de l’expérience à l’exportation.2
Passant à l’expérience d’exportation et aux performances commerciales des entreprises, les figures 1 et 2 montrent la probabilité de commencer à exporter vers une destination donnée ou un produit donné, en 2005, pour trois catégories d’entreprises : celles qui n’ont pas de dirigeants ayant une expérience en exportation, celles qui ont au moins un gestionnaire ayant une expérience à l’exportation, et ceux qui ont au moins un gestionnaire ayant une expérience spécifique (à la destination ou au produit) à l’exportation.
Dans tous les cas, la présence de gestionnaires ayant une expérience à l’exportation est associée à une probabilité plus élevée de commencer à exporter, tandis que le fait d’avoir au moins un gestionnaire ayant une expérience spécifique à l’exportation est associé à une probabilité encore plus élevée.3 Dans notre article, nous rapportons résulte d’un vaste ensemble de régressions — dans certains cas contrôlant les effets fixes année-entreprise — qui confirment les schémas illustrés dans les figures. La présence d’un manager ayant une expérience spécifique à l’exportation augmente la probabilité de commencer à exporter de 2 à 4 %, ce qui correspond à peu près à la moitié de la probabilité inconditionnelle de commencer à exporter vers une destination spécifique ou un produit spécifique.
Nous renvoyons le lecteur au document pour des résultats supplémentaires concernant la probabilité de continuer à exporter, la marge intensive des exportations, ainsi qu’une discussion sur diverses questions économétriques.
Nous nous concentrons ici, à la place, sur l’une des multiples façons dont nous traitons l’interprétation causale de nos résultats : la performance différentielle des entreprises avec et sans dirigeants, avec une expérience d’exportation spécifique à la destination à la suite de la fin soudaine de la guerre civile angolaise. . L’Angola est une ancienne colonie portugaise qui entretient toujours des liens commerciaux étroits avec le Portugal et appartient à la Communauté des pays de langue portugaise (CPLC).
La guerre a commencé de nombreuses années avant notre période d’observation (1997-2005) et s’est terminée brutalement avec la mort du chef des rebelles, Jonas Savimbi, le 22 février 2002. Comme discuté dans Guidolin et La Ferrara (2007), l’événement était complètement inattendu et représente un événement exogène lié au conflit. Cela signifie que, juste après le choc, les entreprises n’ont pas eu le temps de se préparer à profiter des opportunités offertes par le nouveau cadre politiquement stable, par exemple en embauchant des managers ayant une expérience de l’exportation en Angola. Pourtant, certaines entreprises en 2002 avaient déjà des cadres ayant une expérience de l’exportation en Angola, tandis que d’autres n’en avaient pas.
La figure 3 montre les taux d’entrée à l’exportation pour les entreprises ayant au moins un directeur ayant une expérience spécifique à l’exportation en Angola et les entreprises sans un tel directeur. Conformément à nos résultats précédents, les taux d’entrée pour le premier groupe sont toujours plus élevés que pour le second groupe. Fondamentalement, il y a eu une augmentation soudaine des taux d’entrée à l’exportation pour les entreprises ayant au moins un dirigeant ayant une expérience de l’exportation en Angola en 2002. La situation est ensuite un peu mitigée après 2002, ce qui peut être compris avec d’autres chocs en cours ainsi que des entreprises ayant eu le temps de s’adapter à la nouvelle situation. Les résultats de régression rapportés dans notre article confirment que, même en contrôlant les covariables temporelles de l’entreprise et les variables fictives de l’année, la présence d’un manager ayant une expérience dans l’exportation vers l’Angola augmente la probabilité de commencer à y exporter de 2 % (par rapport aux entreprises sans un tel manager ).
Dans le reste de notre article, nous présentons des résultats supplémentaires concernant l’arrivée et le départ — par opposition à la présence et à l’absence — de gestionnaires ayant une expérience en exportation, ce qui concorde avec l’idée que les gestionnaires apportent de nouvelles connaissances en matière d’exportation et, dans certains cas, ces connaissances restent en place. l’entreprise même après le départ des dirigeants. Nous montrons également que l’expérience d’exportation est plus précieuse pour les entreprises vendant des produits plus différenciés (c’est-à-dire des produits dont les attributs sont plus difficiles à observer) et des produits nécessitant plus de financement (par exemple, en raison de processus de production plus longs et d’une plus grande inadéquation entre les investissements et les bénéfices, ce qui nécessitant plus d’efforts de gestion et d’expertise). Enfin, nous constatons que l’embauche d’un gestionnaire ayant une expérience de l’exportation peut aider les entreprises à continuer d’exporter vers des marchés étrangers caractérisés par une concurrence croissante des importations en provenance de Chine.

Du cash pour l’Inde

Malgré la récente baisse des entrées de capitaux vers l’Inde, cette colonne fait valoir qu’une fois que les marchés mondiaux se remettront du dernier revers, le pays devra contenir la volatilité des investissements de portefeuille étrangers. Cette colonne fournit une analyse détaillée des entrées de capitaux en Inde et des recommandations politiques sur la manière de les gérer.
Encore une fois, de nombreuses économies émergentes sont aux prises avec une forte augmentation des entrées nettes de capitaux, en particulier grâce à l’augmentation des investissements de portefeuille étrangers. Et encore une fois, la gestion de ces entrées de capitaux volatiles est de retour à l’agenda politique. Cette fois-ci, la nécessité d’un débat sur les options politiques a gagné en ferveur en raison des changements d’opinion du FMI sur le contrôle des capitaux. Une récente note de position des services du FMI (Ostry 2010) conclut:
« si l’économie fonctionne à un niveau proche du potentiel, si le niveau des réserves est adéquat, si le taux de change n’est pas sous-évalué, et si les flux sont susceptibles d’être transitoires, alors recours aux contrôles des capitaux – en plus de la politique prudentielle et macroéconomique – est justifiée dans le cadre de la boîte à outils pour gérer les entrées.  »
Reconnaissant les problèmes liés à l’augmentation des entrées de capitaux dans les marchés émergents, le Rapport sur la stabilité financière du FMI en avril 2010 a recommandé les options politiques suivantes:
Permettre l’appréciation de la monnaie nationale grâce à une politique de change plus flexible
Accumulation de réserves (en utilisant une intervention stérilisée ou non stérilisée selon le cas)
Réduire les taux d’intérêt si les perspectives d’inflation le permettent
Resserrement de la politique budgétaire lorsque l’orientation générale de la politique macroéconomique est trop lâche
Renforcer la réglementation prudentielle
Libéraliser les sorties de capitaux
Dans cette optique, nos recherches en cours se concentrent sur le développement des flux de capitaux en Inde. Notre objectif principal est de découvrir quels choix politiques aideraient l’Inde à minimiser les coûts des flux de capitaux volatils.
Changements dans l’ampleur et la composition des entrées de capitaux vers l’Inde
Après un pic de 107 milliards de dollars (8,7% du PIB) en 2007 et 2008, les entrées nettes de capitaux ont chuté à 7 milliards de dollars (0,6% du PIB) l’année suivante. Ils ont depuis rebondi à 50 milliards de dollars (3,8% du PIB) pour l’année se terminant en mars 2010. Mais les entrées nettes de capitaux de 2009 à 2010 sont faibles par rapport au déficit massif du compte courant de 36 milliards de dollars (voir tableau 1).

Au cours de la crise de 2008 à 2009, les investisseurs institutionnels étrangers ont retiré 9,77 milliards de dollars d’investissements de portefeuille des marchés boursiers indiens. Pourtant, ils n’ont pas tardé à revenir en 2010. Au cours des quatre premiers mois de l’exercice, ils ont presque rattrapé la sortie, réinvestissant 87% du montant retiré (CLSA Asia-Pacific Markets). Mais bien que cela puisse être interprété comme un regain de confiance dans le marché indien, ce segment des entrées de capitaux, avec les emprunts à court terme en devises des banques indiennes, représente la composante la plus volatile des entrées de capitaux en Inde.
Principaux indicateurs macroéconomiques influençant les choix politiques pour le contrôle des capitaux
Notre examen des indicateurs macroéconomiques appelle à envisager de nouvelles options politiques:
Récemment, il y a eu des signes de pression à la hausse sur la valeur d’échange de la roupie. Pourtant, si la compétitivité des exportations indiennes a été quelque peu poussée, les exportations ne semblent pas avoir été sérieusement affectées par une politique de taux de change flottant. En effet, l’appréciation de la roupie devrait permettre de réduire la facture d’importation d’énergie et de biens intermédiaires.
En mai 2010, les réserves de change de l’Inde s’élevaient à 272,9 milliards de dollars, contre un sommet historique de 315 milliards de dollars deux ans plus tôt. Afin de contenir la dépréciation de la roupie au deuxième semestre 2008, la Reserve Bank of India a vendu des dollars sur le marché libre, réduisant ses réserves de change à 245 milliards de dollars en novembre. Pourtant, avec des réserves à plus de 6 fois le montant de la dette extérieure à court terme (dépassant la règle Guidotti-Greenspan) et une couverture des importations de plus d’un an, l’Inde est confortablement placée sur les deux fronts.
À la fin de septembre 2009, la dette extérieure de l’Inde s’élevait à 242 milliards de dollars, dont 17,5% de dette à court terme et le reste de la dette à long terme. Avec un ratio du service de la dette de 4,9, l’Inde n’a pas un fardeau énorme au service de la dette et un nouvel afflux de flux de capitaux créateurs de dette à court terme n’est pas un sujet de préoccupation.
L’inflation étant assez élevée, il y a eu diverses pressions à la hausse sur les taux d’intérêt. La récente augmentation (dont 25 points de base en avril 2010) du ratio de réserves de liquidités imposé par la Banque de réserve aux banques commerciales annonce une sortie lente de la politique monétaire précédemment accommodante.
Bien que le déficit budgétaire ait augmenté pendant la crise, le gouvernement central a considérablement réduit le déficit au cours de l’exercice en cours.
Recommandations politiques: nécessité d’une polythérapie
En mars 2007, alors que la hausse des entrées de capitaux atteignait un sommet de 107 milliards de dollars (dépassant le déficit du compte courant de 92 milliards de dollars, voir le tableau 1), la Reserve Bank of India a été amenée à imposer des limites aux éléments suivants:
Les sociétés indiennes empruntant plus de 20 millions de dollars au moyen d’emprunts commerciaux externes – un des principaux moteurs de la hausse (juin 2007),
L’utilisation de billets participatifs par des investisseurs institutionnels étrangers (octobre 2007) et
Prêts aux OPC et aux investisseurs institutionnels étrangers (décembre 2007).
L’intention claire à l’époque était de réduire le volume des entrées de capitaux en Inde pour arrêter l’appréciation de la roupie, de modifier la composition des flux de capitaux, d’augmenter la maturité moyenne des entrées de prêts et d’atténuer la volatilité sur la bourse de Mumbai. . Pourtant, avant que l’efficacité des nouveaux contrôles des flux de capitaux vers l’Inde ne puisse être testée, la crise financière mondiale avait frappé les marchés financiers internationaux. Les investisseurs institutionnels étrangers, frappés par l’effondrement du secteur financier, ont commencé à vendre leurs participations dans des sociétés indiennes afin d’assouplir les conditions de liquidité. Cela a renversé la situation. Les flux nets de capitaux vers l’Inde au cours de l’exercice 2008-2009 sont tombés à 7 milliards de dollars.
Pourtant, la soi-disant flambée des entrées de capitaux en 2009 et 2010 dépasse à peine 14 milliards de dollars du déficit courant et n’est pas alarmante. Un examen des options politiques proposées par le FMI pour l’Inde (voir Joseph 2010) a conclu qu’aucune des options politiques n’est un remède pour contrôler les flux de capitaux excessifs. En effet, la situation est désormais plus complexe que lors des épisodes précédents de flambée des entrées de capitaux. Dans cette optique, nous recommandons que l’Inde envisage la combinaison suivante de mesures politiques:
La Reserve Bank of India devrait intervenir sur le marché des changes s’il y a des signes clairs que la roupie est sous-évaluée en termes réels. Le taux de change réel à 6 devises est actuellement supérieur de 15% au niveau de 2004-05 tandis que le taux de change réel à 36 devises est presque égal au niveau de 2004-05.
Si l’intervention est une option inévitable dans un avenir proche, l’augmentation de la liquidité pourrait bien être absorbée, comme auparavant, par des obligations de stérilisation.
Si l’Inde a des réserves de change excédentaires et que le rendement de celles-ci est faible car elles sont entreposées dans des titres d’État à faible taux d’intérêt des pays développés triple-A (Bhagwati 2010), alors:
une partie des réserves de change pourrait être utilisée de manière plus rentable, soit pour financer des projets d’infrastructure en Inde, soit pour prêter aux succursales étrangères de banques indiennes afin de répondre à leurs besoins en devises.
Les devises peuvent être acheminées aux sociétés d’infrastructure indiennes, par le biais d’Inde Infrastructure Finance Company Limited 1, pour financer leurs dépenses d’investissement hors de l’Inde (Economic Survey of India 2009-2010).
Pour réduire la volatilité des flux de capitaux, la réponse politique devrait être de cibler des segments individuels des entrées de capitaux:
Les investisseurs institutionnels étrangers devraient soit être incités à prolonger leur période de détention des investissements sur le marché boursier indien, soit avoir des sanctions (une sorte de taxe sur les transactions progressive, qui est plus élevée pour les périodes de détention plus courtes) pour la vente de leurs actions au cours d’une période de détention particulière.
La structure institutionnelle intérieure pour le financement du commerce devrait être rationalisée, afin que les exportateurs indiens ne soient pas affectés négativement si l’offre extérieure de crédit à court terme se tarit (ou devient plus chère) en temps de crise.
Les dépôts des Indiens non résidents en Inde sont des sources stables d’entrées de capitaux et, par conséquent, il est important d’élaborer de nouvelles politiques pour encourager cette source de capitaux.
Une autre politique devrait être d’encourager les étrangers non indiens à déposer leurs fonds à long terme dans les succursales des banques indiennes à l’étranger par le biais de nouveaux programmes d’incitation. L’Inde a besoin d’un financement énorme pour des projets d’infrastructure et de développement.
Il y a eu une importante sortie de capitaux propres de plus de 2 milliards de dollars dans les mois qui ont précédé mai 2010 et la tragédie grecque », entraînant une légère dépréciation de la roupie. Si l’Europe devait se stabiliser dans un avenir proche, les entrées de capitaux vers l’Inde reprendraient et tout le débat reprendrait. À ce stade, la nécessité de contenir la volatilité des investissements de portefeuille étrangers et d’augmenter la période de détention des investissements sera une décision inévitable.

Créer un business crédible

Au cours de la décennie que j’ai passée à être le meilleur vendeur dans plusieurs entreprises, puis à créer la mienne, j’ai découvert qu’il existe de nombreuses façons de vendre. Il est intéressant de noter que vous pourriez prendre toute une entreprise de vendeurs et leur donner la même formation, les mêmes techniques et les mêmes outils, et il y aurait encore une grande différence dans la façon dont les meilleurs vendeurs se comportaient par rapport à tout le monde. Pourquoi? C’est simple. L’élément le plus important n’est pas une technique ou un outil qu’une de ces formations vous apprendra.

Mon premier mentor commercial m’a dit il y a des années: «Beaucoup de gens peuvent vendre, mais quelqu’un qui travaille dans la« vente professionnelle »trouve un moyen d’aider un client à réussir. … Et tout le reste se met en place.

Un autre mentor m’a dit: «Mon travail n’est pas de faire une vente. Mon travail consiste à faire de mon client une rock star dans son entreprise. En bref, les meilleurs vendeurs cherchent à aider les clients qu’ils ont la chance de servir.

«Dire oui à tout et agir comme si votre produit ou service était parfait est un signe d’insécurité et malhonnêteté. »
Cela semble si simple, mais c’est aussi rare. Pensez à entrer chez un concessionnaire pour acheter une voiture. Deux vendeurs tout aussi compétents vous approchent. L’un d’eux dit: « Hé, je suis Bob, dis-moi ce que nous devons faire pour vous faire monter dans une voiture aujourd’hui! »

L’autre propose simplement: «Salut, je suis Jim. Regarde autour de toi. Si vous avez des questions ou quoi que ce soit pour quoi je peux vous aider, faites-le moi savoir. »

Avec qui voulez-vous passer les deux prochaines heures?

Le fait est que vous, en tant qu’acheteur, pouvez ressentir l’intention de chaque vendeur. Bob veut vendre une voiture. Jim veut vous aider.

Dans toute situation de vente, votre prospect peut également ressentir votre intention. C’est pourquoi trouver le meilleur moyen d’aider son client – même si ce n’est pas son produit ou son service – n’est pas seulement l’objectif d’un bon vendeur, c’est sa sauce secrète.

Alors, comment commencez-vous vraiment à aider vos prospects? Cela commence par le type d’environnement que vous créez pour construire la relation de vente. Vous avez besoin d’un environnement qui comprend trois choses: la communication, la confiance et Fiabilité.

la communication
Ceux d’entre nous qui aiment les ventes sont généralement de grands bavards, mais les meilleurs vendeurs sont mieux à l’écoute.

Faites attention à ce qu’ils disent et accordez encore plus d’attention à ce qu’ils ne disent pas. Observez leurs visages, leur communication non verbale avec les autres, et faites en sorte de poser les questions «idiotes».

Si personne ne pose les questions que vous entendez habituellement, posez-les vous-même. Ceci est particulièrement important s’il y a des questions clés que chaque prospect se pose sur la difficulté du changement, la durée de la mise en œuvre ou ce dont il a besoin pour budgétiser votre produit.

Les questions laissées en suspens peuvent être ce dont ils ont le plus besoin. Celles-ci peuvent faire la différence entre les aider et faire une vente, ou ne pas offrir de valeur et perdre l’entreprise.

Confiance
Si votre prospect ne vous connaît pas, ne vous aime pas et ne vous fait pas confiance, vous ne pouvez pas l’aider et il n’achètera pas chez vous.

Stephen Covey, auteur de The 7 Habits of Highly Effective People, déclare: «Lorsque le compte en fiducie est élevé, la communication est facile, instantanée et efficace.  »

D’après mon expérience, le moyen le plus rapide et le plus simple de gagner la confiance est d’être honnête avec les prospects. J’ai commencé par leur dire ce que je voudrais savoir si j’étais l’acheteur. Je leur ai dit ce que nos concurrents faisaient mieux, où notre produit ou service était le meilleur de sa catégorie, et je partagerais également les choses que nous ne pouvions pas faire.

Dire oui à tout et agir comme si votre produit ou service était parfait est un signe d’insécurité et de malhonnêteté. Les prospects intelligents le savent aussi.

Les vendeurs qui se concentrent sur l’aide sont rares, mais ils sont faciles à trouver. Ce sont les entreprises les plus performantes de toute entreprise qui sont encore plus aimées par leurs clients que par leurs responsables des ventes.
Partager un peu de ce que vous ne pouvez pas faire contribuera grandement à renforcer votre crédibilité.

Fiabilité
Vous n’êtes pas ce que vous dites que vous allez faire. Vous êtes ce que vous faites.

Vous vous démarquerez dans le processus de vente en étant la personne avec laquelle ils interagissent avec qui ils n’ont pas à faire de suivi parce que vous laisse rarement tomber la balle. Au début, vous représentez tout ce qui concerne votre produit et service sans même vous en rendre compte. Si vous êtes fiable et digne de confiance, votre produit l’est aussi.

Si vous arrivez parfois quand vous dites que vous le ferez et parfois non, votre produit et votre entreprise le ressentent ainsi pour votre prospect. Vous êtes leur première impression de ce que ce serait d’utiliser votre service ou d’acheter votre produit. Prenez cette responsabilité au sérieux.

S’il vous arrive de faire une erreur, soyez-en conscient. Partagez l’erreur et les mesures que vous avez prises pour vous assurer qu’elle ne se reproduira plus.

Ces trois choses sont simples. Ils nécessitent peu de talent et un effort raisonnable. Cependant, l’environnement qui les emploie crée pour que vous et votre client réussissiez est extrêmement puissant.

Après avoir passé 20 ans dans plusieurs secteurs à résoudre des problèmes, à stimuler la croissance et à accélérer les entreprises, April Shprintz a réalisé qu’aider les gens était ce qu’elle était, pas seulement ce qu’elle faisait. April a personnellement a généré plus d’un milliard de dollars de revenus supplémentaires pour les entreprises et les clients du Fortune 500. Elle a quitté les entreprises américaines après sa meilleure année à 7 chiffres pour lancer Driven Outcomes afin d’avoir un impact sur autant de personnes, agence SEO Arras d’entreprises et d’organismes de bienfaisance que possible.

Faire de la voltige aérienne

Dès lors que je remets en question ma vie, je me connais assez et je pars en quête d’une expérience pouvant me rebooster. Et le week-end dernier, je me suis pris une claque durant une séance de voltige aérienne à Abbeville. Curieusement, je n’avais jamais tenté l’aventure, et j’ai adoré. J’ai fait pas mal d’activités de toutes sortes, mais une partie de voltige. Et maintenant que j’ai goûté aux joies de cette activité, je me demande pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ! Parce qu’en dépit de l’allure innocente du biplace (un Cap 10 B), ça remue clairement. J’étais même patraque, avec les dernières figures. Je ne suis jamais malade, mais là, j’ai senti mon repas remonter. Bon, je pourrais garder ce détail pour moi, mais ça fait partie des réalités. En tout cas, c’est fabuleux. Les facteurs de charge qui vous scotchent à votre siège durant une boucle est très marquante, au point qu’il faut parfois serrer les dents tellement ça pique. Mais quel joie intense ! La partie acrobatique n’a duré que vingt minutes, mais de retour au sol, j’avais des courbatures partout. Je m’engage solennellement devant vous : la déclaration d’intention clarifie les standards adéquats des bénéficiaires si nul ne sait pourquoi l’immobilisme révèle les besoins qualificatifs de la profession. Cependant, le management programme les programmes participatifs de l’entreprise en ce qui concerne le fait que la norme ISO 9002 programme les concepts adéquats des divisions.
J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que le prochain audit stabilise les paradoxes motivationnels de la pratique sans oublier que la déclaration d’intention renforce les programmes analytiques des synergies. Je vous le dit comme je le pense, l’organisation stabilise les paramètres adéquats de la profession de part le fait que le JAR 147 oblige les programmes croissants de l’actualité. Mais j’étais au nirvana. Je voulais de l’adrénaline, et on peut dire que j’en ai eu mon content ! A tel point que ce baptême de voltige aérienne à Lille entre directement dans mon top des meilleures activités. Vraiment, si vous avez comme moi besoin de sensations fortes pour vous sentir vivre, il faut essayer au moins une fois dans sa vie Si vous voulez en savoir plus, je vous mets le lien vers le site où est proposée cette escapade. Sait-on jamais… :)Retrouvez toutes les infos sur cette activité de vol en avion de voltige à Reims en suivant le lien.

Comment l’inégalité érode notre santé mentale

Lorsqu’on demande aux gens ce qui compte le plus pour leur bonheur et leur bien-être, ils ont tendance à parler de l’importance de leurs relations avec la famille, les amis et les collègues. C’est leur monde intime, leurs réseaux personnels qui comptent le plus pour eux, plutôt que les biens matériels, les revenus ou la richesse.
La plupart des gens ne pensent probablement pas que les problèmes structurels plus larges liés à la politique et à l’économie ont quelque chose à voir avec leur santé émotionnelle et leur bien-être, mais ils le font. Nous savons depuis longtemps que les inégalités provoquent un large éventail de problèmes de santé et sociaux, y compris tout, de la réduction de l’espérance de vie et de la mortalité infantile à un faible niveau de scolarité, une mobilité sociale plus faible et des niveaux de violence accrus. Les différences dans ces domaines entre des sociétés plus ou moins égales sont grandes et tout le monde en est affecté.
Dans notre livre de 2009 The Spirit Level, nous avons émis l’hypothèse que cela se produit parce que l’inégalité augmente l’emprise de la classe et du statut social sur nous, rendant les comparaisons sociales plus insidieuses et augmentant les distances sociales et psychologiques entre les personnes.
Dans notre nouveau livre, The Inner Level, nous rassemblons un ensemble solide de preuves qui montrent que nous étions sur la bonne voie: l’inégalité mange au cœur de notre monde personnel et immédiat, et la grande majorité de la population est affectée par les moyens où l’inégalité devient l’ennemi entre nous. Ce qui nous sépare des autres, ce sont toutes les choses qui nous mettent mal à l’aise les uns avec les autres, inquiets de la façon dont les autres nous voient et timides et maladroits en compagnie – bref, toutes nos angoisses sociales.
Pour certaines personnes, ces angoisses deviennent si graves que le contact social devient une épreuve et elles se retirent de la vie sociale. D’autres continuent de participer à la vie sociale mais sont consternés par le souci constant de ne pas parler de façon banale ou de paraître ennuyeux, stupide ou peu attrayant. Malheureusement, nous avons tous tendance à penser que ces angoisses sont nos propres faiblesses psychologiques personnelles et que nous devons les cacher aux autres ou rechercher une thérapie ou un traitement pour essayer de les surmonter par nous-mêmes.
Mais une récente enquête de la Mental Health Foundation a révélé que 74 pour cent des adultes au Royaume-Uni étaient si stressés à certains moments au cours de la dernière année qu’ils se sentaient dépassés et incapables de faire face. Un tiers avait des pensées suicidaires et 16% s’étaient fait du mal au cours de leur vie. Les chiffres étaient beaucoup plus élevés pour les jeunes. Aux États-Unis, les taux de mortalité augmentent, en particulier chez les hommes et les femmes blancs d’âge moyen, en raison du «désespoir», c’est-à-dire des décès dus à la toxicomanie et à l’alcoolisme, au suicide et aux accidents de voiture. Une épidémie de détresse semble toucher certaines des nations les plus riches du monde.
L’inégalité socioéconomique est importante car elle renforce la conviction que certaines personnes valent beaucoup plus que d’autres. Ceux du haut semblent extrêmement importants et ceux du bas sont considérés comme presque sans valeur. Dans des sociétés plus inégales, nous en venons à nous juger davantage selon le statut et à nous préoccuper davantage de la façon dont les autres nous jugent. Des recherches sur 28 pays européens montrent que l’inégalité augmente l’anxiété de statut dans tous les groupes de revenus, des dix pour cent les plus pauvres au dixième le plus riche. Les pauvres sont les plus touchés mais même les dix pour cent les plus riches de la population sont plus préoccupés par le statut dans des sociétés inégales.
Une autre étude sur la façon dont les gens connaissent un statut social faible dans les pays riches et pauvres a révélé que, malgré d’énormes différences dans leur niveau de vie matériel, les personnes vivant dans une pauvreté relative à travers le monde avaient un fort sentiment de honte et de dégoût de soi et estimaient qu’elles étaient échecs: être au bas de l’échelle sociale est la même chose que vous viviez au Royaume-Uni, en Norvège, en Ouganda ou au Pakistan. Par conséquent, il ne suffit pas d’élever le niveau de vie matériel pour produire un véritable bien-être ou une qualité de vie face aux inégalités.
Bien qu’il semble que la grande majorité de la population soit affectée par les inégalités, nous répondons de différentes manières aux inquiétudes que cela crée sur la façon dont les autres nous voient et nous jugent. Comme nous le montrons dans The Inner Level, une façon consiste à se sentir accablé et opprimé par le manque de confiance, les sentiments d’infériorité et la faible estime de soi, et cela conduit à des niveaux élevés de dépression et d’anxiété dans des sociétés plus inégales.
Une deuxième consiste à essayer de faire étalage de votre propre valeur et de vos réalisations, à vous «améliorer» et à devenir narcissique. Les symptômes psychotiques tels que les délires de grandeur sont plus courants dans les pays plus inégaux, tout comme la schizophrénie. Comme le montre le graphique ci-dessous, le narcissisme augmente à mesure que l’inégalité des revenus augmente, comme le mesurent les scores «Narcissistic Personality Inventory» (NPI) provenant d’échantillons successifs de la population américaine.
Une troisième réponse consiste à trouver d’autres moyens de surmonter ce que les psychologues appellent la «menace évaluative sociale» par le biais des drogues, de l’alcool ou des jeux de hasard, par le biais d’une alimentation réconfortante ou par une consommation de statut et un consumérisme flagrant. Ceux qui vivent dans des endroits plus inégaux sont plus susceptibles de dépenser de l’argent pour des voitures chères et d’acheter des biens de prestige; et ils sont plus susceptibles d’avoir un niveau d’endettement personnel élevé parce qu’ils essaient de montrer qu’ils ne sont pas des «gens de seconde classe» en possédant des «choses de première classe».
Dans The Inner Level, les preuves que nous montrons de l’impact des inégalités sur le bien-être mental ne sont qu’une partie de la nouvelle image. Nous discutons également de deux des mythes clés que certains commentateurs utilisent pour justifier la perpétuation et la tolérance des inégalités.
Premièrement, en examinant notre passé évolutif et notre histoire en tant que chasseurs-cueilleurs égalitaires, coopératifs et partageurs, nous dissipons la fausse idée que les humains sont, dans leur nature même, compétitifs, agressifs et individualistes. L’inégalité n’est pas inévitable et nous, les humains, avons toutes les aptitudes psychologiques et sociales pour vivre différemment.
Deuxièmement, nous abordons également l’idée que les niveaux actuels d’inégalité reflètent une «méritocratie» justifiable où ceux de la capacité naturelle montent et les incapables languissent au fond. En fait, c’est l’inverse: les inégalités de résultats limitent l’égalité des chances; les différences de réussite et de réussite sont dues à l’inégalité plutôt qu’à la conséquence.
Enfin, nous soutenons que les inégalités sont un obstacle majeur à la création d’économies durables qui servent à optimiser la santé et le bien-être des personnes et de la planète. Parce que le consumérisme concerne l’épanouissement personnel et la compétition pour le statut, il est intensifié par les inégalités. Et comme les inégalités entraînent une rupture sociétale de la confiance, de la solidarité et de la cohésion sociale, elles réduisent la volonté des gens à agir pour le bien commun. Cela se manifeste dans tout, de la tendance des sociétés plus inégales à faire moins de recyclage aux enquêtes qui montrent que les chefs d’entreprise dans des sociétés plus inégales sont moins favorables aux accords internationaux de protection de l’environnement. En agissant comme un ennemi entre nous, l’inégalité nous empêche d’agir ensemble pour créer le monde que nous voulons.
Alors, que pouvons-nous faire? La première étape consiste à reconnaître le problème et à passer le mot. Permettre aux gens de voir les racines de leur détresse et de leur malaise non pas dans leurs faiblesses personnelles mais dans la division des inégalités et l’accent mis sur la supériorité et l’infériorité est une étape nécessaire pour libérer notre capacité collective à lutter pour le changement.
L’organisme de bienfaisance britannique que nous avons fondé, The Equality Trust, dispose de ressources pour les militants et un réseau de groupes locaux. Aux États-Unis, consultez Worldwide, la Fight Inequality Alliance travaille avec plus de 100 partenaires pour œuvrer pour un monde plus égalitaire. Et cherchez la nouvelle Alliance mondiale de l’économie du bien-être cet automne.
Notre propre objectif de changement est de travailler à l’accroissement de toutes sortes de démocratie économique – depuis plus de coopératives et d’entreprises appartenant à des employés à des syndicats plus forts, plus de travailleurs dans les conseils d’administration des entreprises et la publication de ratios de rémunération. Nous pensons que l’extension des droits démocratiques aux travailleurs intègre une plus grande égalité plus fermement dans toute culture.
Bien sûr, nous aimerions également une fiscalité et une action plus progressives contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux. Nous aimerions que davantage de citoyens perçoivent un salaire décent et que des mesures soient prises pour assurer une éducation universelle de qualité tout au long de la vie, des services de santé et des services sociaux universels. Il existe de nombreuses façons de lutter contre les inégalités aux niveaux international, national et local, nous devons donc tous travailler de manière adaptée à nos capacités et à nos valeurs.
L’inégalité crée les divisions sociales et politiques qui nous isolent les uns des autres, il est donc temps pour nous tous de tendre la main, de nous connecter, de communiquer et d’agir collectivement. Nous sommes vraiment tous dans le même bateau.

Un rêve d’égalité

Je suis très heureux de faire partie avec vous aujourd’hui de ce qui s’est abaissé à travers l’histoire parce que la meilleure démonstration de flexibilité dans le passé de notre pays. Il y a plusieurs dizaines d’années, un grand États-Unis, quelle que soit l’ombre symbolique dans laquelle nous restons, a autorisé la Proclamation d’émancipation. Ce décret capital est arrivé comme une lueur d’espoir fantastique pour des millions d’esclaves noirs qui avaient été brûlés par le feu de l’injustice flétri. Il est venu comme une aube joyeuse pour terminer la longue soirée de captivité. Cent ans plus tard seulement, nous devons rencontrer le fait tragique prouvé que le Noir n’est pas libre. Cent ans plus tard, la vie du Noir reste malheureusement paralysée des menottes de la ségrégation et aussi des chaînes de la discrimination. Cent ans plus tard, les modes de vie des Noirs sur l’île solitaire de la pauvreté au milieu d’un vaste océan de succès de substance. 100 ans plus tard, le Noir reste languissant dans les recoins de la culture américaine et se trouve en exil sur son propre territoire. C’est pourquoi nous sommes venus ici aujourd’hui pour dramatiser un problème épouvantable. D’une certaine manière, nous en sommes maintenant venus aux fonds de notre pays pour encaisser un chèque. Si les concepteurs de notre propre république publiaient les termes spectaculaires de la Constitution et de la Déclaration d’indépendance, ils mettaient votre signature sur un billet à ordre dont chacun d’entre nous serait l’héritier. Cet avis avait été une garantie que tous les hommes seraient garantis des droits inaliénables à l’existence, à la liberté, ainsi qu’à la recherche de la joie. Il est vraiment évident de nos jours que les États-Unis ont fait défaut sur ce billet à ordre dans la mesure où ses résidents de couleur sont impliqués. Au lieu d’honorer cette responsabilité sacrée, les États-Unis ont, à cause des individus noirs, une vérification insatisfaisante; un chèque qui revient est qualifié de «fonds insuffisants». Mais nous refusons d’imaginer que l’institution bancaire de la justice est en faillite. Nous refusons de penser que nous avons maintenant des fonds insuffisants dans les fantastiques coffres de chance de ce pays. Par conséquent, nous sommes venus encaisser ce chèque, une garantie qui nous donnera sur demande les richesses de la flexibilité et la sécurité des droits appropriés. Nous sommes maintenant également venus pour que cet endroit sacré souligne aux États-Unis l’urgence intense d’aujourd’hui. Ce n’est presque pas le moment de participer au chic de se rafraîchir ou d’accepter le médicament tranquillisant du gradualisme. Le moment est venu de concrétiser la promesse de la démocratie. Le temps est venu de sortir de la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour le cours ensoleillé des droits raciaux propres. C’est le moment d’ouvrir les portes du possible à la plupart des enfants de Dieu. C’est le moment d’élever notre terre de vos sables mouvants d’injustice raciale pour le rock and roll sonore de la fraternité.

Chaos national, ordre local

Le Yémen est devenu un «État du chaos» – une entité nominale qui existe en grande partie sous forme de lignes sur une carte et en tant que concept dans les articles de journaux et les exposés des décideurs.
Les représentations populaires de la guerre civile qui dure depuis trois ans au Yémen suggèrent un pays chaotique, fracturé et polarisé dans lequel les différences entre les principaux groupes de combat sur le terrain et, par extension, entre leurs soutiens internationaux, sont insolubles. Ces représentations reflètent également l’hypothèse que le conflit couvre une grande partie du pays.
En fait, jusqu’à la mort de l’ancien président Ali Abdullah Saleh en décembre 2017 – alors que ce document était en cours de finalisation – le conflit s’était principalement installé dans une impasse pragmatique, mais économiquement destructrice. Les combats de première ligne se sont limités à plusieurs champs de bataille en grande partie statiques, de nombreux acteurs se concentrant de plus en plus sur la politique interne des territoires individuels plutôt que sur le conflit plus large. L’aspect le plus dynamique du conflit multidimensionnel au Yémen en 2017 a été la rupture de l’alliance troublée entre les milices houthis et les loyalistes de Saleh, une confrontation finalement résolue en faveur des Houthis.
Les récits de la guerre reconnaissent rarement la relative stabilité des frontières entre les différentes zones de contrôle territorial, le flux continu de marchandises et de personnes entre ces zones ou la concurrence politique qui s’y opère. De tels récits ne reconnaissent pas non plus la complexité des facteurs menant et entretenant les hostilités, ni la multiplicité des combattants et des intérêts impliqués.
Le Yémen est devenu à bien des égards un «État du chaos»: un endroit où le gouvernement central s’est effondré ou a perdu le contrôle de larges segments du territoire sur lequel il est nominalement souverain; et où une économie politique a émergé dans laquelle des groupes de divers degrés de légitimité coopèrent et se font concurrence. Pourtant, le «chaos» est un terme relatif: bien que le Yémen semble effectivement chaotique de l’extérieur, dans le sens où le désordre général prévaut visiblement, il contient sa propre logique interne, ses économies et ses écosystèmes politiques.
Le Yémen ressemble plus à une région de mini-États à des degrés divers de guerre les uns avec les autres, et assaillie par une gamme complexe de politiques internes et de conflits, qu’à un seul État engagé dans un conflit binaire.
Les groupes qui détiennent l’équilibre des pouvoirs ne correspondent pas directement à ceux engagés à ce jour par l’ONU et les principales puissances internationales – à savoir, les Houthis, les loyalistes de Saleh, aujourd’hui décédé, et le gouvernement du président en exil Abd Rabbu Mansour Hadi. Pour la plupart des Yéménites, ces partis, bien que nominalement les principaux belligérants de la guerre, ne sont que plusieurs groupes parmi de nombreux autres (avec le président Hadi, en outre, largement considéré comme un acteur peu important dont l’importance dérive des détails juridiques, du soutien externe et de l’accès aux ressources plutôt que d’une légitimité «fondée» durement gagnée).
Les distinctions entre les acteurs étatiques et non étatiques de la sécurité et de la gouvernance, et entre les économies licites et illicites, étaient déjà floues avant le début de la guerre. Depuis lors, ces distinctions sont devenues encore plus arbitraires.
Malgré des divisions claires entre les différents territoires, les produits de base (y compris les aliments et le carburant) traversent les frontières intérieures avec une relative facilité. Les armes et autres marchandises illicites sont également commercialisées si largement que les prix des armes à feu et des munitions ont chuté dans tout le pays depuis le début de la guerre.
Il est largement prouvé que les principaux acteurs politiques et acteurs armés ont considérablement profité de l’économie de guerre et que leurs intérêts économiques ont été soutenus par la poursuite du conflit au niveau national. En conséquence, ils ne sont pas incités à accepter un processus de paix qui pourrait menacer le statu quo économique.
Les quelques ressources génératrices de revenus du pays (gisements de pétrole et de gaz, et les infrastructures utilisées pour le transport, le traitement et l’exportation des hydrocarbures), ses principales institutions économiques et ses infrastructures de commerce maritime et terrestre sont devenues des sources de pouvoir politique et militaire. Même en cas de solution politique négociée, ces actifs et institutions sont susceptibles de faire l’objet d’une intensification des luttes armées et politiques. Le concours pour leur contrôle à ce jour a été peu analysé.
Il n’y a pas de moyen facile de transformer le Yémen en un modèle d’État westphalien fonctionnel dans le court laps de temps souhaité par de nombreux responsables occidentaux et étrangers.
Tout accord négocié uniquement entre les parties engagées par l’ONU est garanti pour inciter les autres acteurs sur le terrain à agir comme des spoilers – déclenchant un nouveau conflit si des dispositions prudentes pour un nouveau processus politique véritablement inclusif englobant tous les autres groupes yéménites ne sont pas intégrées dans le processus de paix actuel dirigé par l’ONU.
Une approche qui ignore le rôle et la nature des acteurs et intérêts extérieurs au Yémen ne réussira pas. Le processus de médiation doit comprendre des incitations pour que les tiers impliqués dans le conflit agissent de bonne foi pour soutenir un règlement politique négocié et doivent prévoir des mesures punitives dans le cas contraire.
Les politiques et cadres actuels de paix au Yémen sont construits autour de modèles binaires simplistes de conflit qui ne ressemblent guère à la réalité et qui reflètent souvent des vœux pieux plutôt qu’une analyse minutieuse. Tirant les leçons de la période de transition 2012-14, les décideurs et les médiateurs doivent ajuster leurs priorités en conséquence. En particulier, ils doivent accorder autant de poids aux initiatives initiales – complexes, désordonnées, difficiles et chronophages que celles-ci – qu’aux processus descendants.
Les décideurs du Royaume-Uni, des États-Unis et des autres États membres des Nations Unies devraient soutenir le recalibrage du processus de médiation actuel dirigé par les Nations Unies et l’élargir, officiellement ou officieusement, à trois volets également pondérés qui:
Aborder le rôle des États tiers – non limités à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à l’Iran, aux États-Unis, au Royaume-Uni et à la France – dans la prolongation directe ou indirecte de la guerre et le parrainage d’acteurs militaires.
Intensifier les contacts et la médiation entre les parties officiellement désignées comme les principaux belligérants par le Conseil de sécurité de l’ONU (les Houthis, les loyalistes de Saleh et le gouvernement Hadi). Communiquez-leur la nécessité d’élargir la participation au processus de paix.
S’attaquer aux dynamiques politiques et de conflits infranationaux et locaux en dialoguant avec les principaux dirigeants militaires et politiques de chaque gouvernorat et les hauts responsables des divisions infranationales actuelles: les Houthis occupés au nord et à l’ouest du Yémen; les territoires tribaux des hautes terres d’Al Jawf, Mareb et Al Bayda; Taiz; le sud tribal séparatiste; Aden; Hadramawt (côtier et nord); et Al Mahra. Envisager de contacter le conseil régional de Saba, le Conseil de transition du Sud et d’autres initiatives régionales similaires. Intégrez ces groupes dans le processus de médiation plus large.

Tester la gravité

Récemment, j’ai réalisé un vieux rêve en effectuant un saut en chute libre à l’aérodrome. C’était par une chaude journée, et j’ai surtout été frappé par l’intensité de cette journée. J’avais lu pas mal de récits à gauche et à droite pour savoir si ça en valait la peine, mais la réalité s’est avérée bien plus intense. La chute libre ne dure en fait en elle-même qu’une cinquantaine de secondes. Ce qui fait cher la seconde, vu le prix du saut. Mais l’expérience commence en fait bien avant la chute proprement dite. Ca survient le matin même, quand on ouvre les yeux et qu’on se dit : « c’est aujourd’hui que je vais sauter dans le vide, à 3500 mètres d’altitude ». Et je peux vous garantir que ça renverse la manière dont vous percevez la journée ! Le moindre détail prend un sens particulier. Et certains détails sont assez alarmants. Peu après notre arrivée à l’aéroclub l’équipe m’a demandé de signer à chacun une décharge précisant que nous n’engagerions pas de poursuite si nous mourions dans l’aventure. Puis il y a eu le briefing, nous exposant comment un petit rectangle de toile était censé nous sauver d’une mort atroce. Après ça, les choses se sont corsées. Parés et harnachés nous avons pris la direction de l’avion. J’ai respiré à grands coups pour ne pas perdre pied. J’aime voyager en avion, mais les petits appareils, ce n’est pas ma came. Quelques minutes plus tard, après s’être pressés à l’arrière, on a décollé. A bord, je me fais l’effet d’un jeune soldat se apprêtant à être largué pour sa première mission en plein Vietnam. Les autres candidats au tandem paraissent aussi nerveux que moi. Ceux qui vont sauter en solo, font les malins. Mais leurs voix paraissent provenir de loin, même s’ils sont à moins d’un mètre. Soudain, un moniteur défait les attaches : le premier tandem va sauter. Je croise le regard du candidat, saut en parachute un peu pâle. L’instant d’après, le tandem a disparu avec son ange-gardien dans le vide. A mon tour. Je prends position, suis les règles, et me retrouve l’instant d’après à regarder la Terre en dessous. La scène a quelque chose d’impossible : qu’est-ce qui m’a pris ? Deux secondes plus tard, je lâche tout ce qui me retient encore à l’appareil. C’est parti pour quelques secondes de joie intense. Un instant impossible à raconter. Je tombe à une telle vitesse que l »air se change en un fluide palpable. Alors que je commence à m’inquiéter en voyant le sol approcher, le parachute s’ouvreet me donne l’impression d’être tiré vers le haut. C’est la fin d’une expérience extraordinaire. Mais cette sublime tranche de vie va me poursuivre un moment ! Si vous voulez ressentir les plaisirs de la chute libre, voilà un lien vers le site où j’ai déniché ce baptême de chute libre. Plus d’information est disponible sur le site de l’agence de voyage de ce baptême de parachute. Suivez le lien.